VOOG vous donne des conseils d'électricien pour des travaux électriques réussis.

VOOG souhaite vous informer sur le domaine de l'électricité, vous donner des astuces ainsi que des conseils dans vos choix électrique...

Combien coûte une rénovation électrique ?

Il existe de nombreuses raisons qui peuvent vous inciter à effectuer la rénovation électrique de votre habitation. Cela peut être le besoin de réaliser une mise en conformité de vos installations déjà obsolètes, la nécessité de sécuriser votre maison ou encore le besoin de réduire votre consommation électrique. Quelle que soit l’envergure des travaux, vous devez prévoir le budget nécessaire à sa réalisation. Pour vous aider à y voir plus clair, ce dossier vous propose de découvrir les éléments à considérer pour vous permettre de définir approximativement le coût d’une rénovation électrique.

Les facteurs qui déterminent le prix d’une rénovation électrique

Le calcul du prix de vos travaux d’électricité se base sur plusieurs facteurs qui influeront sur son coût. Ce sont principalement :

  • L’état de votre installation électrique actuel ;
  • la quantité et la qualité du matériel à utiliser ;
  • le type de votre distribution, à savoir apparent ou encastré ;
  • l’accessibilité aux zones d’intervention, à savoir la nécessité ou non d’utiliser un échafaudage ;
  • l’artisan électricien qui prendra en main le chantier.

Il est évident que si votre installation électrique déjà en place est ancienne ou défaillante, il soit utile de réaliser une rénovation complète. Le tarif variera en fonction du type de câblage à utiliser et de la distribution. Vous devez également considérer les matériels à renouveler et leur qualité. Enfin, le tarif de l’artisan ou de l’entreprise qui se chargera des travaux est également à prendre en compte. N’hésitez pas à consulter plusieurs prestataires pour pouvoir comparer les prix.

Le coût des principaux travaux de rénovation électrique

Quelle que soit la raison qui vous incite à réaliser la rénovation électrique de votre logement, il existe certains travaux importants que vous serez sûrement amené à faire. Parmi ces travaux, on retrouve :

Le remplacement des prises et des interrupteurs

Que ce soit pour une remise en conformité de votre installation électrique ou pour l’amélioration de cette dernière, vous aurez besoin de changer des prises et des interrupteurs pour la sortie du courant. Pour le remplacement d’une prise électrique classique, compter entre 50 euros à 70 euros. Pour ce qui est du changement d’un interrupteur classique, il faudra prévoir entre 55 euros à 75 euros.

La rénovation du tableau électrique

Le tableau électrique se charge du déploiement de courant vers les prises électriques via un réseau de câbles protégés par des gaines. Il est généralement au cœur de la rénovation électrique de votre maison. Selon votre modèle de tableau électrique, la pose de celui-ci coûtera entre 750 euros à 1 250 euros. Pour sa mise en normes, vous devez prévoir entre 250 euros à 750 euros.

La rénovation du réseau de distribution

La rénovation de votre réseau de distribution est un élément incontournable à inclure dans le calcul du coût de vos travaux de rénovation électrique. Il s’agit plus précisément des composants qui acheminent le courant dans votre logement, à l’instar des fils électriques et des boîtes d’encastrement. En principe, le budget à prévoir pour le coût des fils électriques se base sur 1 euro à 2 euros le mètre carré.

Ensuite, il vous faudra tenir compte de leur technique de pose. Si vous optez pour la méthode apparente, comptez 5 euros le mètre en fonction du matériau. Dans le cas où vous choisissez la technique encastrée, il vous faudra inclure le prix d’installation de saignées dans les murs afin d’introduire des conduits. Pour cela, comptez entre 14 euros à 85 euros l’un.

Le prix des travaux en fonction de la surface à rénover

Le prix de la réhabilitation de votre réseau électrique dépend également de la surface à rénover. D’une manière générale, le coût des travaux varie de 90 euros à 110 euros hors taxe au mètre carré pour une rénovation totale de l’installation électrique. Dans le cas d’une rénovation électrique partielle, comptez entre 80 euros à 120 euros hors taxe par mètre carré.

Choisir un disjoncteur de pompe à chaleur

Que ce soit dans le cadre d’une nouvelle construction ou d’une rénovation, la pompe à chaleur (ou PAC) constitue un excellent choix de système de chauffage pour votre maison. En raison de son branchement électrique spécifique, elle s’intègre dans le groupe des circuits spécialisés. Pour favoriser le bon fonctionnement et la longévité de votre PAC, il est nécessaire de renforcer sa protection par l’installation d’un disjoncteur adapté. Pour vous aider à faire le bon choix, ce dossier vous propose de découvrir l’utilité d’un disjoncteur de pompe à chaleur et les éléments à considérer pour sélectionner le bon modèle.

Pourquoi est-il indispensable d’utiliser un disjoncteur de pompe à chaleur ?

En principe, un disjoncteur dans une installation électrique permet de prévenir les surchauffes liées à l’intensité du courant électrique, une fuite de courant à la terre ou encore un court-circuit. À la différence des fusibles, les disjoncteurs peuvent être réarmés. Ainsi, quand un disjoncteur saute, il suffit de le réenclencher après la résolution du souci électrique. Pour votre pompe à chaleur, l’installation d’un disjoncteur dans votre tableau électrique permet de couper le courant en cas de dysfonctionnement électrique. Dans cette mesure, il permet de protéger le moteur de votre pompe à chaleur face à un court-circuit ou à une surcharge.

Pour le choix d’un disjoncteur de PAC, il convient d’opter pour un disjoncteur divisionnaire. À titre d’information, les disjoncteurs divisionnaires ont chacun pour rôle de protéger le circuit électrique et les appareils qui y sont branchés. De ce fait, brancher votre pompe à chaleur à un disjoncteur divisionnaire assure une meilleure protection des composants électriques de celle-ci contre les dysfonctionnements électriques. Pour une protection optimale, il est indispensable d’isoler votre PAC des autres circuits électriques qui alimentent vos autres équipements électriques, comme le lave-linge, chauffe-eau, etc.

Les éléments à considérer pour choisir le disjoncteur de PAC

Le calibre ou intensité nominale du disjoncteur

Le calibre ou intensité nominale figure parmi les caractéristiques techniques à considérer avant de choisir le disjoncteur de pompe à chaleur. Exprimé en ampères, il est choisi en fonction de la puissance électrique de votre PAC. Pour ce faire, vous trouverez dans la notice d’utilisation de la pompe à chaleur le courant nominal associé à la puissance de l’appareil.

En cas de doute, vous avez la possibilité de consulter un électricien professionnel qui vous conseillera sur le calibre adapté à votre PAC. Dans tous les cas, pensez à bien vérifier que l’appareil est conforme à la norme NF. De manière générale, voici le calibre du disjoncteur en fonction de la puissance électrique consommée. À titre indicatif, voici l’intensité nominale du disjoncteur selon la puissance électrique consommée par la PAC : 16 A pour une puissance maximale de 3500W, 20 A pour une puissance entre 3500W à 4500W, 32 A pour une puissance entre 4500W à 7200W et 40 A pour une puissance comprise entre 7200 à 9000W.

Un disjoncteur à courbe de déclenchement D

Il faut savoir que lorsque vous mettez en marche votre pompe à chaleur, celle-ci va temporairement demander un appel de courant électrique plus conséquent afin de démarrer son moteur électrique. Or, cette utilisation d’électricité plus élevée peut entraîner un déclenchement du disjoncteur. Le risque sera bien plus important avec un disjoncteur classique, aussi dit à courbe C, dans la mesure où ce dernier est plus sensible à ce courant électrique plus élevé.

Pour éviter cette situation, il est plus indiqué d’utiliser un disjoncteur à courbe D. Ce type de disjoncteur possède des caractéristiques techniques lui permettant de tolérer un pic d’intensité temporaire. Ainsi, il permet d’éviter une coupure du circuit électrique lors de la mise en fonctionnement de votre pompe à chaleur.

Recharger une voiture électrique à domicile, quels sont les avantages et les inconvénients ?

Depuis quelques années, la vente de voitures électriques est en plein essor. Ceci s’explique par le fait que de plus en plus de personnes sont conscientes des impacts négatifs des voitures classiques, à essence ou à gasoil, sur l’environnement. Comme son appellation le laisse entendre, la voiture électrique carbure à l’électricité. Pour la recharger, vous avez le choix entre : le recharger chez vous ou à partir des bornes de recharge extérieure. Si vous envisagez de recharger votre voiture électrique à domicile, ce billet vous propose de découvrir les avantages et les inconvénients de ce choix. Mais avant cela, il convient de découvrir les options possibles pour recharger votre véhicule électrique à la maison.

Les possibilités permettant de recharger une voiture électrique à la maison

Il existe deux types de solutions vous permettant de recharger votre voiture électrique à domicile, à savoir la borne de recharge de niveau 1 ou sur une prise standard et la borne de recharge de niveau 2, c’est-à-dire en utilisant une wallbox.

La borne de recharge de niveau 1 consiste donc à recharger le véhicule électrique à l’aide d’un câble spécifique fourni avec la voiture. Le câble se branche sur une prise standard à 120 volts. Il permet ainsi de recharger le véhicule avec une autonomie d’environ 20 heures pour 200 kilomètres.

La borne de recharge dite de niveau 2, quant à elle, requiert l’utilisation d’une wallbox qui n’est habituellement pas comprise à l’achat du véhicule électrique. Pour ce type de borne de recharge, il est indispensable d’installer une prise de 240 volts, permettant ainsi une recharge plus rapide. En effet, il permet de recharger une voiture électrique jusqu’à 5 à 7 fois plus rapidement qu’une borne de recharge de niveau 1.

Les avantages de recharger une voiture électrique à domicile

Pour des raisons de confort et de praticité

L’un des principaux avantages de recharger une voiture électrique à domicile est que cela constitue une solution plus pratique pour les utilisateurs. En utilisant une borne de recharge de niveau 2, vous pouvez brancher votre véhicule électrique pendant la nuit. Au matin, vous pourrez utiliser une voiture bien rechargée vous évitant ainsi de faire des arrêts fréquents et onéreux sur les bornes de recharges extérieures.

Une solution plus économique

Le coût du plein d’un véhicule électrique est calculé sur la base du prix du kilowattheure (kWh) d’électricité. La consommation de ce type de voiture varie en fonction de son modèle. En général, le prix de la recharge à domicile avec une capacité de batterie de 50 kWh se situe entre 8 et 11 euros. Recharger sa voiture électrique chez soi est une option plus économique étant donné qu’il est possible de la brancher pendant les heures creuses, à savoir lorsque le prix de l’électricité est moins cher.

Les inconvénients de recharger un véhicule électrique à la maison

Une recharge moins sécurisée

Le premier inconvénient de recharger une voiture électrique à domicile est qu’il peut être moins sécurisé qu’une borne de recharge extérieure. Cela concerne plus précisément le fait de recharger son véhicule sur une prise domestique. Bien que cette solution puisse sembler être la plus simple, il faut savoir qu’elle est la plus risquée. En effet, cela peut provoquer une surchauffe dans le cas où votre réseau électrique n’est pas suffisamment puissant ou défectueux. Néanmoins, ce risque est minimisé à condition de brancher votre voiture sur une prise renforcée ou sur une wallbox.

Une démarche plus complexe

Recharger sa voiture électrique à la maison nécessite de procéder à quelques démarches plus ou moins complexes. Dans un premier temps, il est indispensable d’installer une prise renforcée ou une wallbox pour des raisons de sécurité. Ensuite, vous devez prendre le temps de vérifier votre contrat d’énergie pour vous assurer que votre domicile dispose bien de la puissance électrique requise.

Facture d’électricité, préparez-vous à une grosse augmentation

Depuis plusieurs semaines, les prix de l’électricité se sont envolés et atteignent de véritables records. Les prix de gros de l’électricité en France ont atteint plus de 1 000 euros le mégawattheure le vendredi 26 août 2022. Comme le bouclier tarifaire sur l’énergie va se poursuivre jusqu’au 1er février 2023, vous devez donc vous préparer à des augmentations. Bien que la guerre en Ukraine ait une grande part de responsabilité dans cette fluctuation des prix, elle n’en est toutefois pas la seule. Ce dossier vous propose de faire le point sur le sujet.

Le rôle de la guerre en Ukraine sur la flambée des prix de l’électricité

La hausse des prix de l’énergie sur les marchés de gros continue en Europe. Ces dernières semaines, force est de constater une flambée des prix de l’électricité et du gaz qui ont atteint des records historiques. Cette hausse est liée à la baisse des approvisionnements en gaz russe qui est une conséquence directe de la guerre en Ukraine.

Néanmoins, il faut savoir qu’il ne s’agit pas de la seule raison qui explique cette hausse fulgurante des prix de l’énergie sur le territoire européen. En effet, en 2021, on a déjà pu constater qu’en France, le prix de ces énergies a grandement augmenté, ce qui permet de remettre en question le fait d’imputer cette hausse de prix uniquement au conflit en Ukraine.

Une étude réalisée par L’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a indiqué que les prix de l’électricité et du gaz sont montés respectivement de 41 % et 23 % cette dernière décennie.

Une hausse des prix de l’électricité suite à la flambée des prix du gaz

En principe, les coûts de l’électricité et ceux du gaz ne sont que partiellement reliés. En fait, ils sont uniquement corrélés lorsque nous devons produire de l’électricité en utilisant du gaz. C’est le cas quand la demande en électricité dans le pays est très élevée et que la production électrique à partir d’énergie renouvelable et d’énergie nucléaire est insuffisante.

Or, il faut savoir que depuis juillet 2021, pendant la reprise post-Covid, le prix du gaz dans le continent européen n’a cessé d’augmenter. Ainsi, le prix du gaz est monté à 40 euros pour ensuite atteindre 120 euros au mois d’octobre. En décembre 2021, on a pu observer un deuxième pic de 180 euros avant d’atteindre le record de 300 euros en août 2022.

Forcément, l’augmentation du prix du gaz entraîne avec elle l’augmentation de celui de l’électricité. Par ailleurs, il faut savoir que la France enregistre actuellement une faible production du parc nucléaire. Ainsi, nous sommes contraints d’importer une importante quantité d’électricité dans les pays où les centrales à gaz fonctionnent. Et comme ces derniers achètent du gaz à un prix très coûteux, ils veillent à ce que le prix du marché de l’électricité soit assez élevé pour obtenir une rentabilité.

Une crise qui va encore durer

Une autre raison importante qui explique la hausse des prix de l’électricité est l’indisponibilité de plusieurs de nos réacteurs nucléaires. Actuellement, une grande partie des réacteurs nucléaires français sont actuellement à l’arrêt pour maintenance. C’est donc une des raisons principales qui nous obligent à importer de l’électricité. Il faudra donc attendre que la remise en marche de ces réacteurs pour voir à nouveau baisser, du moins en partie, le coût de l’électricité. Pour ce qui est du gaz, la baisse des prix repose grandement sur l’arrêt du conflit en Ukraine, mais également sur la livraison d’une plus grande quantité de gaz en Europe par la Russie. Afin de faire face à cette crise, la meilleure chose à faire est d’adopter les bons gestes pour économiser sur la consommation électrique.

6 conseils pour réduire votre facture d’électricité au moment de la consommation

Si vous choisissez d’utiliser un plan d’électricité pour votre maison avec des tarifs en fonction de l’heure de consommation, vous pouvez généralement économiser de l’argent en alignant votre consommation d’énergie sur les heures de pointe et les heures creuses. Il n’est pas nécessaire d’utiliser moins d’énergie, il suffit de modifier le moment où cette consommation a lieu. (Bien que le fait d’utiliser moins d’énergie contribuera également à augmenter vos économies).

Grâce à ces six conseils utiles sur la façon de réduire votre consommation d’énergie et de diminuer votre facture d’électricité si vous avez un plan tarifaire basé sur l’heure de consommation, vous pouvez faire des ajustements efficaces qui vous aideront à profiter des tarifs réduits pendant les heures creuses et à limiter la consommation pendant les heures de pointe.

1. Investissez dans un thermostat intelligent

Le système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) est l’un des plus gros consommateurs d’électricité dans une maison moyenne. En installant un thermostat intelligent pour contrôler votre système de CVC, vous pouvez contribuer à réduire votre consommation d’énergie en déplaçant votre utilisation du CVC vers les heures creuses, ce qui se traduit par des factures de chauffage et de climatisation plus abordables.

Pour maximiser vos économies en matière de chauffage et de climatisation, nous vous recommandons d’utiliser des réglages de température spécifiques pour votre thermostat programmable en fonction des heures de pointe, des heures intermédiaires et des heures creuses. Par exemple :

Pendant l’été, vous pouvez programmer votre thermostat pour qu’il règle automatiquement le climatiseur à 78 degrés lorsque tout le monde quitte la maison.
Le soir, le soleil étant plus bas, le thermostat peut descendre à 75 degrés, ce qui rendra votre maison plus confortable à votre retour.
Vous pouvez programmer le thermostat pour qu’il descende de quelques degrés supplémentaires pendant les heures creuses, car vous paierez un tarif moins élevé à ce moment-là.
L’installation de ventilateurs au plafond est un autre bon moyen de faire circuler l’air traité, de sorte que votre système de chauffage, de ventilation et de climatisation n’ait pas à fonctionner pendant de longues périodes. Assurez-vous simplement que vos fenêtres et vos portes sont fermées pour ne pas gaspiller l’énergie consommée. Pour d’autres conseils sur la température, consultez nos recommandations de réglage du thermostat pour chaque saison.

2. Déplacez vos appareils électroménagers les plus utilisés vers les heures creuses.

Les appareils électroménagers tels que les lave-linge, les sèche-linge et les lave-vaisselle sont tous de gros consommateurs d’énergie. S’il s’agit de vieux modèles, il est peut-être temps d’envisager de les remplacer par des modèles à haut rendement énergétique. Mais quel que soit l’état de vos appareils, vous pouvez toujours économiser de l’argent en adaptant le moment où vous les utilisez.

Pour réduire votre facture d’électricité en utilisant les tarifs moins chers des heures creuses, vous pouvez faire tourner le lave-vaisselle juste avant d’aller vous coucher, plutôt que juste après un repas. Votre lessive et votre séchage peuvent également attendre le soir pour vous aider à maximiser vos économies. Ces deux ajustements ont également l’avantage de décaler le moment où votre chauffe-eau doit reconstituer votre réserve d’eau chaude, ce qui contribue à réduire vos coûts de chauffage globaux.

3. Coupez le courant lorsque vous vous absentez

N’oubliez pas de couper le courant lorsque personne n’est à la maison, surtout pendant les périodes de pointe où la demande est élevée. En prenant l’habitude de débrancher les appareils électroniques et d’éteindre les lumières avant de partir pour les activités de la journée, vous pouvez réduire votre facture d’électricité en heures creuses et maximiser vos économies lorsque l’énergie est la plus chère.

Avez-vous déjà entendu parler de l’énergie vampire ? Il s’agit de l’énergie que certains appareils électroniques consomment lorsqu’ils sont branchés sur une source d’alimentation, même lorsqu’ils semblent être « éteints ». Pour tenir les vampires à distance, débranchez les appareils électroniques tels que les consoles de jeux vidéo, les téléviseurs et les imprimantes lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Vous pouvez également utiliser une multiprise pour déconnecter facilement les appareils sans les débrancher, pour plus de commodité.

4. Chargez votre véhicule électrique (VE) lorsque les tarifs sont bas

Tout comme les appareils lourds, le même conseil s’applique aux véhicules électriques : Attendez que les tarifs d’électricité baissent avant de charger votre véhicule électrique. Avec leurs énormes batteries, les véhicules électriques et hybrides peuvent utiliser d’importantes quantités d’électricité pour se recharger complètement, de sorte que le fait d’ajuster le moment où cette recharge a lieu peut permettre de réaliser des économies importantes.

Heureusement, vous n’avez pas besoin d’appuyer sur l’interrupteur au bon moment pour profiter des tarifs en heures creuses et réduire votre facture d’électricité en fonction de l’heure de consommation. Certains VE sont équipés d’un système de « charge intelligente » que vous pouvez programmer pour commencer à charger votre batterie quand vous le souhaitez. Il vous suffit de programmer le système pour qu’il commence à charger votre batterie au moment où vous le souhaitez, et le véhicule se charge du reste.

Bien que certains véhicules électriques ne disposent pas d’une fonction de charge intelligente, vous pouvez tout de même installer un chargeur intelligent pour profiter au maximum des heures creuses et obtenir les mêmes résultats. Les chargeurs intelligents pour VE sont conçus pour s’éteindre automatiquement lorsque les heures de pointe commencent, ce qui vous permet de recharger à moindre coût.

5. Investir dans l’énergie solaire et le stockage des batteries

Les pics de demande et l’augmentation des prix de l’électricité se produisent généralement pendant la journée, lorsque le soleil est haut dans le ciel et que davantage de personnes utilisent la climatisation, ou le matin, lorsque les gens font fonctionner leur système de chauffage. Par conséquent, l’énergie solaire a eu un impact sur les heures de pointe et les heures creuses dans une certaine mesure.

L’énergie solaire bouleverse le modèle traditionnel des heures de pointe d’électricité pendant la journée. Une maison équipée de panneaux solaires souhaite bénéficier de l’énergie du soleil car elle permet au système d’énergie solaire de maximiser sa production d’énergie. Ainsi, les plans d’heures de pointe pour les propriétaires de panneaux solaires commencent souvent à 17 heures, lorsque le soleil commence à se coucher, ce qui signifie qu’ils doivent faire face à des prix de l’électricité plus élevés au moment où leurs panneaux solaires cessent de produire de l’électricité.

Dans ces situations, il peut être utile d’installer un système de stockage sur batterie. Ainsi, vous pouvez charger vos batteries solaires pendant la journée en utilisant l’énergie solaire excédentaire, et l’électricité stockée sera disponible pour alimenter votre maison pendant les heures de pointe après le coucher du soleil.

6. S’inscrire à la facturation nette

Certaines compagnies d’électricité proposent des programmes de comptage net qui vous permettent de réinjecter dans le réseau l’électricité excédentaire produite par vos panneaux solaires. En retour, vous obtenez un « crédit » sur votre facture d’électricité que vous pouvez appliquer à toute énergie que vous tirerez du réseau électrique à l’avenir, ce qui peut contribuer à réduire votre facture d’électricité au moment de l’utilisation.

Comme le montant du crédit de comptage net que vous recevez est souvent lié au prix de l’électricité, vous pouvez obtenir plus de crédit si vous êtes en mesure de réinjecter de l’énergie dans le réseau pendant les heures de pointe. Avec une batterie solaire, vous pouvez stocker de l’énergie pendant les heures creuses, puis la restituer au réseau pendant les heures de pointe, ce qui vous permet de maximiser vos économies lorsque vous devez récupérer de l’énergie du réseau pendant les heures creuses.

Chauffage au gaz ou électrique ?

En vue d’une rénovation d’un appartement ou d’une construction d’une nouvelle maison, vous projetez d’installer un tout nouveau système de chauffage. Entre gaz et électricité, il est difficile de choisir l’énergie de chauffage, car plusieurs critères entrent en jeu. On fait le point avec vous pour vous aider à trouver la solution la plus économique pour le choix de l’énergie de votre chauffage.

Le coût du chauffage

Le prix est un critère essentiel à considérer pour déterminer le type de chauffage à privilégier dans votre habitation. Afin de bien comparer le coût du chauffage gaz électrique, il faut tenir compte de quelques paramètres, à savoir : le coût de sa consommation mensuelle, les frais d’installation des équipements ainsi que le coût de l’entretien.

Le prix de l’installation d’un chauffage électrique est plus abordable comparé à celui de la pose d’un chauffage au gaz. Ce dernier requiert la pose d’une chaudière, l’installation de radiateurs à eau, la création d’un réseau de tuyaux, etc. Pour ce qui est du chauffage électrique, il suffit de mettre en place des radiateurs et de les relier au réseau, car les émetteurs transforment directement le courant électrique en chaleur.

Le chauffage électrique est donc plus simple et moins coûteux à installer. Cependant, il ne faut pas oublier que lors de l’achat d’une chaudière au gaz, vous avez la possibilité de bénéficier d’aides, telles que l’écoprêt à taux zéro, MaPrimeRénov’ ou encore la prime économie d’énergie. Néanmoins, sachez que le chauffage au gaz requiert un entretien annuel pour des raisons de sécurité, de longévité et d’efficacité.

En ce qui concerne le coût de la consommation, le gaz naturel est moins cher au quotidien, car son prix au kWh est inférieur à celui de l’électricité. Miser sur des équipements récents tels qu’une chaudière au gaz à condensation permet de réduire votre facture.

Le confort d’utilisation

De nombreuses personnes pensent, à tort, que le chauffage électrique manque de confort, parce que la chaleur qu’il produit n’est pas uniforme et qu’elle présente de multiples variations de température. Or sachez que la performance énergétique de ce type de chauffage dépend de l’émetteur que vous choisissez.

Aujourd’hui, on retrouve divers modèles de radiateurs électriques qui diffusent une chaleur uniforme et agréable avec une possibilité de réguler la température en fonction de vos envies. En outre, le chauffage électrique s’active en quelques secondes et distribue la chaleur rapidement dans la pièce.

Quant au chauffage au gaz, il est réputé pour diffuser une chaleur qui se répartit de manière uniforme dans l’habitation. De plus, il peut réchauffer même une pièce très spacieuse, ceci sans assécher l’air.

L’impact écologique

L’impact écologique lors de son utilisation est un autre critère essentiel à considérer pour choisir l’énergie du chauffage. Sachez que le chauffage au gaz est très polluant, car il affiche un bilan carbone supérieur à celui du chauffage électrique.

Il faut également savoir que le gaz naturel est issu des nappes souterraines de gaz et que ces dernières ne sont pas inépuisables. Toutefois, le chauffage au gaz s’utilise facilement et propose une installation qui permet de générer une énergie renouvelable directement dans votre logement, à l’instar des panneaux solaires.

Du côté du chauffage électrique, force est de constater que les combustibles renouvelables comme le bois ou encore les installations éoliennes et solaires sont de plus en plus présents dans la production d’électricité en France.

Concernant le rendement énergétique, le chauffage électrique peut atteindre les 100 %, alors que celui du chauffage à gaz dépend de la chaudière. Ainsi, si vous utilisez une chaudière au gaz à condensation, vous pouvez obtenir jusqu’à 110 % de rendement énergétique.

L’utilisation du chauffage

Le choix d’un chauffage électrique ou gaz dépendra de son usage. Souvent, le chauffage au gaz est à privilégier comme source d’énergie du fait qu’il offre un grand confort de chauffe. Ainsi, il permet une répartition homogène de la chaleur dans le logement, notamment dans les grandes maisons ou de grandes surfaces. Le chauffage à gaz est recommandé si vous avez une consommation conséquente d’énergie dans votre habitation, malgré son coût d’installation assez élevé.

Dans cette logique, si vous habitez une petite surface ou un petit appartement, le chauffage électrique est le plus indiqué. À terme, vous pourrez constater une bonne économie sur le prix de l’installation et celui de la consommation.

Les autres paramètres à considérer

Pour bien choisir entre le chauffage gaz électrique, il existe quelques paramètres supplémentaires à considérer :

  • la taille de l’habitation ;
  • le nombre de personnes occupantes ;
  • l’isolation thermique du logement ;
  • le climat de la région ;
  • l’existence d’un raccordement au réseau de gaz naturel.

Si vous avez encore des doutes sur le type de chauffage à choisir pour votre logement, n’hésitez pas à contacter un professionnel spécialisé dans le domaine. D’ailleurs, vous aurez également besoin du service de celui-ci pour installer votre chauffage.

Pourquoi le prix de l’électricité augmente ?

En France, le prix de l’électricité, ou plus précisément le tarif réglementé de l’électricité est défini par la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE). Il évolue environ deux fois par an en fonction de différents facteurs. Depuis une dizaine d’années, le coût du kilowattheure a connu essentiellement que des augmentations, ce qui fait monter les factures des consommateurs. Mais quelles sont précisément les raisons qui expliquent l’augmentation du prix de l’électricité ? Les détails dans ce dossier.

Les tarifs applicables en électricité en France

Avant de parler des facteurs qui influent sur l’augmentation électricité en termes de coût en France, il convient de faire un petit tour d’horizon sur les tarifs applicables en électricité du pays. En fait, il existe deux types d’offres d’électricité. D’une part, il y a les offres à tarif réglementé qui sont établies par la CRE, d’autre part, il y a les prix des offres de marché fixés par les fournisseurs.

Les fournisseurs historiques, tels qu’EDF ou une ELD, sont tenus de proposer une offre au tarif réglementé. Ils peuvent également présenter des offres de marchés. Les offres de marché, quant à elles, sont proposées par les fournisseurs alternatifs. Ces offres peuvent avoir un prix variable qui est fixé par le fournisseur. Certains fournisseurs peuvent proposer des offres indexées sur le tarif réglementé, généralement avec une réduction par rapport à celui-ci.

Pour rappel, le calcul du prix de l’électricité par la CRE prend en compte trois éléments, à savoir les taxes, l’acheminement de l’électricité et la fourniture de l’électricité incluant la production et la commercialisation. Mais alors, quels sont les principaux facteurs qui expliquent l’augmentation du prix d’électricité ?

La hausse des prix du gaz naturel

L’augmentation électricité en termes de prix sur le marché est fortement liée à l’évolution des coûts des énergies fossiles sur le marché. En 2021, on a observé la flambée des prix de gros du gaz. Cela s’explique principalement par la forte reprise économique mondiale après la crise sanitaire.

En effet, alors que les besoins en énergies augmentent, les stocks en énergie sont très faibles en raison d’un hiver 2020-2021 froid et long en Europe et en Asie. Ainsi, les prix montent. Il faut savoir que l’Europe est en concurrence avec l’Asie concernant l’achat de gaz naturel liquéfié. Or, les approvisionnements par gazoducs sont exposés aux aléas géopolitiques, notamment en traversant l’Ukraine ou la Biélorussie.

Pour ce qui est du CO2, force est de constater que son prix a augmenté de façon constante depuis début 2021, ce qui n’est pas sans impact sur le coût de l’électricité produite à partir d’énergies fossiles.

Les capacités de production d’EDF limitées

La forte dépendance de la production d’électricité au gaz lors des pics de consommation est encore plus favorisée en France en raison d’une baisse de disponibilité des installations nucléaires. Effectivement, en décembre 2021, les réacteurs de la centrale de Civaux et ceux de Chooz ont été mis à l’arrêt pour cause de fissurations et de corrosions anormales près des circuits de refroidissement.

En outre, début janvier, un réacteur de la centrale nucléaire de Penly a connu le même sort. Pour ces raisons, EDF a dû réduire sa capacité de production d’électricité nucléaire de 300 et 330 térawattheures (TWh) pour 2022 si elle était à 360,7 TWh en 2021. Cette mesure a bien entendu une forte incidence sur l’augmentation électricité, plus précisément de son coût.

Les mesures pour faire face à la hausse des prix de l’électricité 2022 ?

Afin de limiter l’impact de cette augmentation du prix de l’électricité, le gouvernement français a mis en place un bouclier tarifaire qui a pour rôle de réduire les taxes. Cela permet de limiter à 4 % la hausse du prix de l’électricité et ainsi, aider les ménages à payer leur facture d’Énergie face à l’augmentation électricité.

En outre, un « chèque énergie » supplémentaire d’un montant de 100 euros est distribué pendant le mois de décembre 2021. Il s’agit d’une aide de l’État qui s’adresse à 6 millions de ménages ayant les revenus les plus modestes. L’octroi de ce chèque se fait en fonction des revenus et de la composition du ménage. Il ne nécessite pas de faire une demande au préalable.

Les conseils pour réduire le montant de ses factures d’électricité

Pour faire face à l’évolution du prix de l’électricité, chaque ménage se doit de faire en sorte de réduire leurs consommations et ainsi réduire leurs factures d’électricité. Pour ce faire, voici quelques conseils à adopter :

Miser sur des appareils électriques peu énergivores. Pour les reconnaître, il suffit de consulter leur étiquette-énergie. Les appareils de la catégorie A+++ sont les plus économes.

Privilégier une offre de marché plutôt qu’une offre à prix réglementée. En effet, le tarif du kWh TotalEnergies se révèle plus bas que le prix du kWh EDF.

Installer chez soi une mini éolienne ou des panneaux photovoltaïques. Bien que ces équipements soient assez onéreux au départ, ils constituent des investissements avantageux sur le long terme. En plus de favoriser la production d’énergie verte, ils permettent d’alimenter à moindre coût un système d’éclairage, un chauffe-eau et même des radiateurs électriques.

Les appareils qui consomment le plus d’électricité

Avec la hausse du prix de l’électricité, il est essentiel pour chaque ménage de prendre différentes mesures permettant de réduire la consommation d’électricité. Bannir les appareils énergivores figure parmi les mesures importantes qui permettent de diminuer la facture en électricité. Mais quels sont précisément ces appareils ? Tour d’horizon.

Les appareils en cuisine

La cuisine est sans doute la pièce de la maison dans laquelle la consommation électricité appareils est la plus importante. En effet, elle est constituée de plusieurs appareils électriques, dont certains très énergivores et d’autres un peu moins. L’utilisation de ces appareils alourdit les factures. Parmi les appareils en cuisine qui consomment le plus d’électricité, on retrouve :

Le four

Il s’agit de l’appareil qui consomme le plus d’électricité dans une habitation avec une consommation de plus de 1.000 kWh par an en moyenne. Évidemment, ce chiffre peut varier selon la fréquence de l’utilisation de l’appareil. Il est possible de diminuer la facture en misant sur un four à chaleur tournante ou encore un four combiné, autrement dit un appareil fonctionnant à la fois comme un four et une micro-onde. Ce dernier peut réduire la consommation d’électricité jusqu’à 70 %.

La plaque de cuisson

La plaque de cuisson est un autre appareil très énergivore qu’on retrouve dans la cuisine. Bien entendu, ce n’est pas tous les ménages français qui l’utilisent. Mais pour ceux qui en sont équipés, ils doivent savoir que cet appareil consomme annuellement entre 500 et 1000 kWh. Afin de diminuer la consommation électrique lors de l’utilisation de ce type d’appareil, il convient toujours de couvrir les casseroles et de couper le courant un peu avant la fin de la cuisson.

Le réfrigérateur et le congélateur

Ces types d’appareils électriques consomment entre 200 à 500 kWh par an. Néanmoins, il existe aujourd’hui divers modèles qui permettent de limiter la consommation entre 125 et 250 kWh par an. Quelques conseils sont toutefois à considérer comme le fait de nettoyer régulièrement la grille arrière de l’appareil, car les saletés qui s’incrustent agissent sur sa performance et sur la consommation en électricité.

Lors de l’achat d’un appareil électroménager, il convient de jeter un coup d’œil à l’étiquette-énergie afin d’en connaître la consommation électricité appareils. Les appareils sont généralement répartis dans différentes catégories d’efficacité énergétique. La couleur vert foncé indique les appareils qui consomment le moins d’énergie tandis que le vert clair indique ceux qui en consomment un peu plus.

Le chauffe-eau et les radiateurs électriques

Le chauffe-eau et les radiateurs électriques figurent parmi les principaux appareils qui font grimper la facture de l’électricité dans un logement. Ces deux appareils consomment chacun 1000 kWh/an en moyenne. Pour la majorité des foyers en France, se chauffer avec des radiateurs électriques représente près de 60 % de la facture annuelle d’énergie.

Et bien entendu, l’utilisation du chauffe-eau tient une place non négligeable pour le confort dans la maison, puisque cela permet de profiter d’une bonne douche ou un bon bain à la température idéale. Pour réduire la consommation électricité appareils pour chauffer l’eau, préférez la douche au bain. Pour ce qui est du chauffage, il est recommandé de bien isoler son logement et de baisser la puissance au moins une heure avant de se coucher.

Les ampoules

L’éclairage participe également d’une façon assez conséquente sur la facture annuelle d’électricité. Selon une étude réalisée par l’Agence de la transition écologique (Ademe), les foyers français utiliseraient en moyenne 25 points lumineux pour éclairer leur logement. Ainsi, ils consommeraient entre 325 et 450 kWh par an pour l’éclairage. La consommation d’électricité des ampoules occupe donc environ 10 à 15 % de la facture d’électricité annuelle.

Heureusement, il existe des gestes simples pour faire baisser la consommation liée à l’éclairage. Cela consiste notamment à éteindre les lumières dans les pièces inoccupées et surtout ne pas utiliser de source de lumière pendant la journée. L’autre moyen le plus efficace consiste à acheter des lampes qui consomment peu d’énergie, à l’instar des tubes néon, des lampes LED ainsi que des lampes fluocompactes. En plus de leur basse consommation, ces lampes ont une plus longue durée de vie.

Les appareils multimédias

On n’y pense pas forcément, mais les appareils multimédias pèsent également sur la facture électrique. En effet, dans un monde de plus en plus connecté, les accessoires high-tech sont grandement présents dans les foyers français. De la TV plasma à l’ordinateur portable en passant par l’ordinateur de bureau, la console de jeux, le box internet, etc. la consommation électrique peut très vite grimper.

Chacun de ces appareils multimédias consomme en moyenne 130 et 200 kWh par an. La télévision et le box internet sont les plus voraces avec une consommation de 150 kWh, suivi de l’ordinateur de bureau avec affichant une consommation annuelle de 100 kWh. Un geste très simple permet de diminuer la consommation électricité appareils. Débrancher les appareils quand on ne les utilise pas et éviter de mettre les ordinateurs en mode veille.

Comment fabriquer de l’électricité ?

Il est impossible de se passer de l’électricité au quotidien. Pourtant, avec les prix qui ne cessent d’augmenter depuis quelques années, la facture de l’électricité devient une charge conséquente pour les foyers français. Heureusement, il existe désormais des solutions permettant de fabriquer de l’électricité gratuite chez soi. Ce dossier fait le point sur le sujet.

Les techniques de production d’électricité en France

La production de l’énergie passe par plusieurs transformations qui utilisent des appareils appelés générateurs électriques.

En France, la majorité de l’énergie électrique est produite grâce à des centrales nucléaires. Le reste de la production provient des centrales thermiques à combustibles fossiles et d’autres générateurs électriques utilisant les énergies renouvelables, comme les centrales éoliennes, hydrauliques, solaires et les bioénergies.

Le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter ces dernières années dans l’Hexagone, ce qui n’est pas sans effet dans le budget des ménages. Pour faire face à ces hausses de prix, fabriquer électricité chez soi s’avère être l’une des alternatives les plus efficaces pour économiser sur la facture d’énergie.

Les solutions pour produire de l’énergie électrique chez soi

Plusieurs matériels de production d’électricité peuvent désormais être installés dans les logements. D’ailleurs, de multiples solutions vertes sont à la disposition des ménages qui souhaitent être autonomes sur le plan énergétique sans polluer la planète.

Les panneaux solaires

Il s’agit sans conteste de la solution la plus courante adoptée par les particuliers qui veulent fabriquer électricité eux-mêmes. Il est vrai que l’utilisation des panneaux solaires nécessite un budget de départ conséquent, pourtant cela demeure une solution aux avantages non négligeables.

En effet, les panneaux solaires proposent une installation rapide et facile, et peuvent s’effectuer sur la plupart des toits. Grâce aux panneaux solaires, vous utiliserez une énergie qui est toujours disponible et inépuisable : les rayons du soleil. Cependant, la qualité du rendement des panneaux dépend de quelques paramètres comme le nombre de panneaux installés, la puissance crête, le niveau d’ensoleillement, l’orientation du toit, etc.

Selon les estimations des spécialistes, un panneau solaire de 1 m² correctement orienté peut produire 100 kWh d’électricité par an. En moyenne, il faut donc investir entre 9 000 et 12 000 € pour des panneaux d’une puissance de 3 kWc (kilowatt-crête) et ajouter environ 3 000 € de coût d’installation et de raccordement au réseau.

L’éolienne domestique

Également appelée « petit éolien », l’éolienne domestique est une autre solution possible pour fabriquer électricité chez soi. Le principe est simple : les installations éoliennes usent de l’énergie du vent, d’une puissance comprise en 1 kW et 36 kW. Néanmoins, l’ADEME indique qu’en fonction de la qualité du site et de la technologie choisie, un petit aérogénérateur peut produire en une année entre 1 000 et 3 000 kWh par kW installé.

L’utilisation d’une éolienne domestique est idéale pour les maisons avec une superbe exposition au vent, et bien entendu elles sont un peu en retrait des autres habitations. En effet, ce système est bruyant et peut causer des nuisances sonores risquant de nuire au confort des voisins. En raison de sa hauteur limitée, l’éolienne domestique offre un rendement moins important que celui des panneaux solaires.

En ce qui concerne le coût, il est par ailleurs bien plus onéreux que des panneaux solaires. Pour acheter une éolienne domestique, il faut prévoir entre 10 000 et 40 000 € avec les frais d’installation et de raccordement au réseau en sus.

L’Écogénérateur

L’écogénérateur, aussi appelé chaudière microcogénération, est un système récent qui permet de produire de l’énergie thermique pour le chauffage et l’eau chaude, mais aussi de fabriquer électricité. Ce procédé consiste en l’intégration d’un moteur Stirling à une chaudière à condensation pour produire une énergie mécanique.

Cette dernière fait fonctionner un alternateur qui produit du courant. C’est également durant cette phase que se dégage de l’énergie thermique qui alimente le circuit de chauffage. La chaudière à condensation peut fonctionner au gaz naturel, au fioul ou au bois.

L’écogénérateur peut pourvoir environ 30 % des besoins en électricité du foyer. Néanmoins, il s’agit d’un système assez complexe qui nécessite un certain investissement. Effectivement, il faut compter entre 10 000 et 20 000 € pour l’achat et l’installation de ce procédé.

Un mini central hydraulique

Un mini central hydraulique est une installation qui permet de fabriquer électricité à partir de l’énergie de l’eau et dont la puissance ne dépasse pas les 10 MW (10 000 kW) par an. Évidemment, ce type de système n’est pas accessible à tous les particuliers étant donné qu’il implique la proximité d’une rivière ou d’un torrent bénéficiant d’un excellent dénivelé.

Le mini central hydraulique requiert l’utilisation d’une turbine qui sera activée par le flux du cours d’eau. Il faut également d’autres installations pour collecter l’eau et la canaliser pour faire tourner la turbine. L’avantage de cette solution est qu’elle permet de produire de l’énergie 24 heures sur 24.

Concernant le prix, il faut prévoir un budget entre 400 et 2 100 €/kW pour une installation d’une puissance de plus de 100 kW et environ 6000 €/kW pour une installation dont la puissance est inférieure à 30 kW.

Installer un adoucisseur d’eau ?

En France, l’eau du robinet est consommable, mais sachez que selon les régions géographiques l’eau peut parfois être « dure », autrement dit avoir une forte teneur en minéraux. Au fil du temps, ces minéraux peuvent détériorer certains de vos électroménagers utilisant l’eau. Pour y remédier, installer un adoucisseur d’eau devient nécessaire. Mais quels sont précisément les avantages et les inconvénients d’utiliser un adoucisseur d’eau ? Comment installer et comment entretenir cet appareil ? Tour d’horizon.

L’utilité de l’adoucisseur d’eau

Comme son nom le laisse entendre, un adoucisseur d’eau est un appareil qui permet d’adoucir l’eau. Autrement dit, il sert à enlever la dureté de l’eau. Cela consiste à éliminer les minéraux, tels que le calcaire et le magnésium, contenus dans l’eau du robinet. En effet, la présence en grande quantité de ces minéraux qui rend l’eau « dure ».

Quand l’eau est dure, elle est moins nettoyante. Par ailleurs, une grande quantité de calcaire peut rendre la peau et les cheveux secs. En outre, l’eau dure augmente considérablement les dépôts de tartre dans la chaudière et les canalisations, ce qui réduit la durée de vie de ces derniers.

Les avantages de l’adoucisseur d’eau

L’installation d’un adoucisseur d’eau dans votre logement offre de nombreux avantages. D’abord, en éliminant le calcaire et le magnésium de l’eau, l’adoucisseur limite l’apparition des tartres sur vos appareils électroménagers et les canalisations. L’apparition de tartres sur les résistances figure parmi les principales causes de défaillance des appareils comme la chaudière et le chauffe-eau. De plus, les tartres peuvent également altérer la performance de l’appareil, ce qui peut occasionner une surconsommation électrique.

Utiliser un adoucisseur d’eau permet d’améliorer la qualité de votre eau. Lorsque l’eau devient douce, elle devient plus nettoyante, ce qui permet de préserver votre linge et de réduire la quantité d’assouplissant que vous utilisez. Par ailleurs, l’eau adoucie est moins agressive, ce qui est bénéfique pour votre peau et vos cheveux.

Les inconvénients de l’adoucisseur d’eau

Si l’installation d’adoucisseur d’eau présente plusieurs avantages notables, il faut savoir que cela présente également quelques inconvénients. En effet, le calcaire et le magnésium présents dans l’eau du robinet sont des minéraux bénéfiques à l’organisme. Ainsi, en les éliminant, l’adoucisseur d’eau prive l’eau du robinet de ces apports importants.

En outre, il faut préciser que le principe de l’adoucisseur consiste à transformer les ions de magnésium et de calcium en ions de sodium. Si ces derniers ne causent pas de dépôts de calcaire, les résines qui effectuent cette transformation peuvent se saturer. Ainsi, vous devez attendre environ un quart d’heure pour que les résines se régénèrent à l’aide d’une saumure. Enfin, l’installation d’un adoucisseur d’eau coûte cher et son entretien est assez contraignant.

Comment installer un adoucisseur d’eau

Avant d’installer un adoucisseur d’eau, vous devez commencer par choisir son emplacement. Si vous choisissez de le poser à l’intérieur de la maison, veillez à le mettre dans un endroit sec, ventilé et à une température stable. En extérieur, évitez à ce qu’il soit exposé directement au soleil.

Pour effectuer l’installation proprement dite, commencez par installer une évacuation avec siphon si vous n’en avez pas encore. Ensuite, branchez le tuyau du réservoir à la valve de contrôle. Après cela, il ne reste plus qu’à installer l’adoucisseur d’eau et le connecter. Si vous n’êtes pas sûr de faire cette procédure vous-même, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel pour assurer la fiabilité et la sûreté de l’installation.

Comment entretenir un adoucisseur d’eau

L’adoucisseur d’eau requiert un entretien rigoureux pour éviter tout dysfonctionnement. Cela consiste notamment à vérifier la régénération de la résine qui transforme les ions calciums et magnésiums en ions sodiums. Pour les modèles dont la régénération est automatisée, il est nécessaire de placer régulièrement des pastilles de sodiums dans le bac prévu à cet effet.

L’entretien consiste, en outre, à contrôler l’état du filtre de protection de l’arrivée d’eau. Dans le cas où celui-ci est encrassé, il est indispensable de le remplacer par un filtre neuf. Enfin, il est recommandé de désinfecter l’appareil au moins une fois par an. Cela permet d’éviter la prolifération de bactéries et de microbes dans l’eau.

Quelle est la durée de vie moyenne d’un chauffe-eau électrique ?

Lorsque vous achetez un chauffe-eau électrique, vous devez penser fonctionnalité et performance sur le long terme. Quand vous choisissez le modèle de chauffe-eau à acquérir, vous devez tenir compte de sa durée de vie. Cela vous permettra d’anticiper le budget à prévoir pour un éventuel remplacement dans le futur. Dans ce billet, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur la durée de vie moyenne d’un chauffe-eau électrique, les conseils utiles pour favoriser sa longévité et les signes de sa fin de vie.

La durée de vie d’un chauffe-eau électrique

La durée de vie chauffe-eau cumulus dépend de nombreux critères. Ainsi, il est difficile de présenter des chiffres précis. Néanmoins, la plupart des fabricants annoncent une durée de vie moyenne d’une dizaine d’années. Cette estimation peut varier en fonction du modèle de votre cumulus, de l’entretien que vous apportez à l’appareil et surtout de la qualité de l’eau.

En effet, vous devez savoir que l’eau constitue le principal ennemi du chauffe-eau. Dans certaines zones géographiques, l’eau peut être « dure », à savoir présenter une forte teneur en minéraux. Comme l’eau dure contient une grande quantité de calcium et de magnésium, elle devient entartrante. Bien que ces minéraux aident à protéger la cuve du cumulus, ils sont par contre néfastes pour la résistance du chauffe-eau.

À l’inverse, une eau dite « douce » se révèle très agressive pour le chauffe-eau. Contrairement aux idées reçues, l’eau douce est nocive pour le cumulus que l’eau dure. Les particules qui composent l’eau douce, à l’instar des sulfates, des chlorures et des nitrates sont très corrosives. Ainsi, au fil des ans, elles finissent par détériorer la cuve.

Comment préserver la durée de vie de son chauffe-eau ?

La durée de vie chauffe-eau cumulus dépendra notamment de la dureté de l’eau de votre zone géographique. Si vous résidez dans une région où l’eau est dure, il est conseillé de privilégier un chauffe-eau doté d’une résistance protégée de l’entartrage.

Dans le cas où l’eau de votre région est douce, optez pour un modèle de chauffe-eau équipé d’une technologie anticorrosion et anticalcaire. Ce type de technologie permet de protéger la cuve de l’appareil de manière à prolonger la durée de vie chauffe-eau cumulus.

Connaitre les signes de fin de vie d’un chauffe-eau

Avant de vous lancer dans l’achat d’un nouveau chauffe-eau, vous devez savoir repérer les signes annonciateurs de défaillance de votre appareil. Voici donc quelques indices qui indiquent qu’un chauffe-eau est en fin de vie :

Une eau moins chaude

Il s’agit de l’un des signes les plus courants de la baisse de performances de votre chauffe-eau, signalant un problème. Une eau moins chaude est le plus souvent due à une défaillance du thermostat ou à une résistance entartrée. Ces types de dysfonctionnements sont dans la plupart des cas irréparables et induisent le remplacement du chauffe-eau.

La présence de rouille sur l’appareil

Si vous observez l’apparition progressive ou soudaine de rouille sur votre appareil, cela veut certainement indiquer que votre cuve est endommagée. La présence de rouille désigne un dysfonctionnement d’anodes, lesquels sont responsables de la protection du chauffe-eau contre l’oxydation et la rouille.

Une fuite d’eau au niveau du cumulus

Une fuite d’eau au niveau de la paroi extérieure de votre cumulus est un autre signe indiquant la fin de vie de votre chauffe-eau. Dans la majorité de cas, cette fuite évoque une perforation de votre cuve. La chaleur et l’agglomération d’eau à la base de votre cumulus induisent la formation de gouttes. Vous devez donc rester vigilant à toute présence d’humidité inexpliquée sur votre appareil.

Dysfonctionnements et pannes divers

Lorsque votre chauffe-eau électrique arrive en fin de vie, il n’arrête pas de marcher du jour au lendemain. Certains signes avant-coureurs apparaissent avant qu’il soit complètement hors service. Parmi les anomalies qui peuvent vous alerter, on peut citer le bruit inhabituel que fait votre robinet d’eau quand vous l’ouvrez. Ce bruit est souvent la conséquence d’une difficulté du cumulus à acheminer correctement l’eau. Cette difficulté est généralement causée par un encrassement du passage d’eau par le tartre.

Mesurez votre consommation électrique

La facture d’électricité constitue l’une des charges les plus importantes dans un ménage. Le montant de celle-ci dépend de la consommation électrique en kWh, mais également du coût de l’abonnement. Pour réduire les dépenses en termes d’électricité, vous devez commencer par apprendre à mesurer et mieux gérer votre consommation. Si après vos efforts votre facture reste exorbitante, voici quelques conseils à prendre en compte pour payer moins cher votre consommation en électricité.

Comparez les différents fournisseurs électriques

L’une des meilleures manières de payer moins cher votre consommation d’électricité consiste à trouver un contrat d’électricité aux tarifs du kWh d’électricité avantageux. Cela vous permettra de réaliser des économies importantes sur votre facture. Pour trouver ce type de contrat, vous devez comparer les différents fournisseurs électriques.

Bien entendu, il ne s’agit pas ici de comparer uniquement le cout électricité proposé par les fournisseurs d’électricité. En effet, vous devez également prendre en compte d’autres critères essentiels, comme la qualité et l’accessibilité du service client proposé, les moyens de paiement acceptés, le type d’énergie fourni (classique ou verte), le mode de facturation ainsi que les frais divers.

Dans tous les cas, pour comparer les différents fournisseurs électriques et trouver le bon contrat d’électricité, il est indiqué de passer par un comparateur d’électricité. Afin de bien comparer les fournisseurs d’électricité, vous êtes tenu de connaître les deux types d’offres existantes, à savoir le tarif réglementé proposé par EDF et les offres de marché présentées par les fournisseurs d’électricité alternatifs. Ces informations seront déterminantes pour arrêter votre choix.

Changer de fournisseurs électriques

Depuis l’ouverture du marché de l’électricité en 2007 en France, le fournisseur historique d’électricité, EDF, n’a plus le monopole sur le marché de l’électricité. En effet, d’autres fournisseurs d’énergies désignés alternatifs peuvent également commercialiser des offres d’électricité. Comme la concurrence devient donc plus vaste, les abonnés peuvent changer de fournisseur d’électricité à tout moment.

D’ailleurs, le changement s’effectue en toute facilité, sans frais supplémentaires, ni délai, ni engagement. Par ailleurs, il n’y a aucune démarche à faire pour résilier votre ancien contrat. En fait, dès que vous avez trouvé le nouveau fournisseur d’électricité qui vous convient, votre ancien contrat sera automatiquement résilié par celui-ci dès la souscription de nouveau votre contrat à la même adresse.

Le changement de fournisseur électrique ne requiert pas de travaux ni d’intervention à effectuer, étant donné que la procédure ne nécessite aucun changement technique sur la ligne ni un changement de compteur.

Anticiper les augmentations des prix d’électricité

Ces dernières années, les prix de l’électricité ont beaucoup augmenté. Cette hausse des prix de l’électricité a un impact sur le budget de chaque ménage en France. La CRE (Commission de régulation de l’énergie) a annoncé une inflation des tarifs réglementés de l’électricité à partir du 1er août 2021.

Pour mieux anticiper et mieux gérer vos factures d’électricité, vous devez commencer par comprendre les facteurs qui expliquent la hausse des prix de l’électricité pour ensuite découvrir les solutions.

Les facteurs qui expliquent la hausse des prix de l’électricité

Plusieurs facteurs sont en cause de la hausse des prix de l’électricité en France, à l’instar de :

  • L’accroissement des coûts d’approvisionnement en électricité
  • Le surcroît des impayés
  • L’augmentation des coûts de commercialisation d’EDF
  • La croissance des énergies renouvelables
  • Le rattrapage de l’écart entre les coûts et les tarifs de l’électricité

La hausse à prévoir dans les années à venir

Les consommateurs doivent s’attendre à ce que les prix de l’électricité continuent à s’accroître dans les prochaines années. Effectivement, cette tendance a été avertie par la CRE fin 2020. Selon cette dernière, entre 2021 et 2024, les tarifs réglementés de l’électricité connaîtraient une inflation moyenne annuelle de ++1,4 %, soit environ 115 sur les factures d’électricité annuelles en 2024.

Choisir une offre à prix fixe

L’une des meilleures solutions qui permettent de se préparer par rapport à la hausse des prix d’électricité consiste à choisir une offre à prix fixe. Le principe d’une offre à tarif fixe est simple. Lorsque vous souscrivez un contrat avec cette offre, le prix du kWh est bloqué pendant toute la durée de votre abonnement. Ainsi, quelle que soit l’augmentation des tarifs réglementés d’EDF, avec une offre à tarif fixe, le prix du kWh restera le même pendant la durée du contrat.

Norme et branchement d’une climatisation

Vous envisagez d’installer une climatisation dans votre logement et souhaitez réaliser les choses dans les règles ? Vous devez savoir que l’installation d’un climatiseur est une opération assez difficile. Pour certains systèmes de climatisation, il est nécessaire de respecter une réglementation bien précise. Afin de vous éclairer sur le sujet, ce billet vous propose de découvrir la norme et le branchement à suivre pour l’installation d’une climatisation.

Les précautions à prendre avant installation de votre clim

L’installation d’un climatiseur est régie par la norme NF C 15-100, laquelle s’applique également à l’électricité domestique. L’une des principales réglementations de cette norme branchement climatisation est d’interdire le branchement de la climatisation sur une prise électrique classique. Effectivement, il faut savoir que le climatiseur doit bénéficier d’une protection au niveau du tableau électrique et nécessite donc d’être alimenté par un circuit dédié.

D’une manière générale, une climatisation est composée de deux unités, l’une intérieure et l’autre extérieure. Ces unités sont raccordées entre elles par deux tuyaux frigorifiques, des câbles électriques ainsi qu’un tuyau de vidange. Pour des raisons de sécurité et de protection de l’environnement, la manipulation du fluide qui transporte le froid (fluide frigorigène) est réglementée. Pour s’assurer de faire les choses convenablement, il convient de faire appel à un professionnel pour procéder à l’installation de votre système de climatisation.

Comment installer votre clim ?

Pour bien installer votre clim, prenez soin de placer l’unité intérieure en tenant compte de la circulation de l’air et en évitant de générer de courant d’air. Ensuite, pensez à prévoir l’évacuation de l’eau de condensation de manière à ce que celle-ci s’achemine vers un point plus bas que l’unité intérieure. Pour ce qui est de l’unité extérieure, elle doit être placée en hauteur ou au sol, non loin de l’unité intérieure. Quant à la longueur du tuyau de gaz reliant les deux unités, elle ne doit pas être inférieure à deux à trois mètres.

Une fois les emplacements définis, placez l’unité intérieure sur la plaque de fixation pour ensuite, percer le mur qui permettra de faire passer l’alimentation électrique et le tuyau de réfrigérant. Après cela, raccordez le tuyau de vidange au niveau de l’unité extérieure en veillant à bien vérifier le bon écoulement de l’eau. Ensuite, procédez à la pose de l’unité ventilateur à l’avant. Pensez à mettre des dégagements de 60 cm au-dessus et devant et de 10 cm sur les côtés ainsi qu’à l’arrière. Une fois les unités bien fixées, vous pouvez brancher les tuyaux de raccordement du gaz réfrigérant.

Quel raccordement électrique pour une climatisation ?

Comme déjà mentionnée plus haut, la norme NF C 15-100 interdit de brancher l’alimentation de votre climatisation sur une prise de courant classique. Ainsi, elle préconise de faire l’installation du climatiseur sur un circuit électrique consacré à l’appareil et protégé au tableau électrique par un disjoncteur de 16 A et un différentiel de 30 mA.

Le choix de l’alimentation électrique dépendra de la puissance de votre climatiseur. Cette information est indiquée dans la notice du constructeur. En principe, l’alimentation générale doit être distribuée à partir de l’unité intérieure si votre appareil est de faible puissance, dans le cas contraire, elle se fait du côté de l’unité extérieure. Pour protéger les personnes contre les risques électriques, il est essentiel de raccorder le climatiseur à la terre.

Quel disjoncteur utiliser pour l’installation de votre clim ?

Pour assurer la conformité de votre raccordement de climatisation, il est nécessaire de prévoir un dispositif puissant et performant. Cela permet en outre d’éviter que le circuit de votre climatisation ne disjoncte lorsque vous démarrez votre appareil.

Pour ce qui est de la création du circuit électrique dédié pour brancher votre climatiseur, il est recommandé de protéger le circuit électrique concerné avec un disjoncteur divisionnaire 20A (courbe D) ainsi qu’un interrupteur différentiel 30mA.

Pour un appareil avec une puissance relativement faible, un disjoncteur 16A peut suffire, bien qu’un disjoncteur 20A soit le plus conseillé. Dans tous les cas, il est indiqué de toujours se référer à la notice du fabricant, afin de prendre connaissance des caractéristiques du disjoncteur à installer dans le tableau électrique.

Quel câble électrique pour votre climatiseur ?

Le choix du câble d’alimentation électrique à utiliser pour votre climatiseur est également un élément important à considérer. Vous devez veiller à ce que le câble d’alimentation électrique de l’unité extérieure présente une section qui convient au calibre du disjoncteur. Le câble électrique de 2,5 mm²  est la section la plus adaptée pour un disjoncteur de 16A ou 20A.

Sachez que l’alimentation de l’unité intérieure s’effectue depuis l’unité extérieure et non à partir du tableau électrique de votre habitation. Le câble de section 1,5 mm²  utilisé est le plus souvent fourni avec votre climatiseur.

Quels sont les avantages et les inconvénients du stockage virtuel d’électricité ?

Pour gagner en autonomie sans payer cher, vous pouvez essayer le stockage virtuel de l’électricité solaire. Il s’agit d’une très bonne alternative économique qui peut servir pour les professionnels ou les particuliers. Mais alors, qu’est-ce que le stockage virtuel de l’électricité ? Et quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Qu’est-ce que le stockage virtuel de l’électricité ?

Certains auto-producteurs produisent plus d’électricité qu’ils en consomment, dans ce cas-là, ils peuvent donner cette électricité à leur fournisseur et en échange, ce dernier pourra le rendre aux auto-producteurs lorsqu’ils en auront besoin. Cette démarche peut être très intéressante, car de cette façon, le réseau est utilisé comme une batterie gratuite et infinie.

Par exemple aux États-Unis, ce processus est très utilisé et fonctionne très bien, c’est également le cas dans différents pays, dont la Belgique. C’est comme les anciens compteurs qui tournaient à l’envers, mais aujourd’hui, ils ont été remplacés par des compteurs Linky qui ne tournent pas à l’envers, mais qui comptent dans les deux sens.

Si le stockage virtuel d’électricité est une bonne idée dans plusieurs pays, ce n’est pas vraiment le cas en France. En effet, il existe une réglementation qui ajoute des frais et des taxes de réseau à cette démarche. Donc, par exemple, lorsque votre facture d’électricité vous affiche 100 euros, cela veut dire que vous allez payer, en réalité, 33 euros d’électricité, 34 euros de contributions et de taxes et 33 euros de transport.

Quels sont les avantages du stockage virtuel d’électricité ?

Grâce au stockage virtuel d’électricité, vous pourrez en tirer de vrais avantages au quotidien. Ainsi, vous pourrez, pour commencer, gagner en autonomie, avec un prix raisonnable, cela vous permet de ne pas faire appel constamment à votre fournisseur et vous deviendrez, d’une certaine manière, votre propre producteur. Ensuite, vous aurez zéro gâchis de production solaire, car même lors de votre absence, toute la production qui n’est pas utilisée sera comptabilisée, puis transférée à d’autres consommateurs.

Vous pourrez également réduire les facteurs d’électricité, puisque celle que vous allez consommer sera gratuite et l’électricité qui est stockée dans votre batterie virtuelle est moins chère que celle du fournisseur.

Ensuite, comme cette batterie n’existe pas dans votre habitation, celle-ci ne prend vraiment pas de place. C’est aussi un moyen de contribuer au mix énergétique local, car le voisinage va profiter d’une énergie renouvelable à 100 %. De plus, cette démarche est un très bon moyen de connaître ses besoins en énergie.

Pour finir, il s’agit d’un outil de transition pour vous permettre de prendre de bonnes habitudes. La batterie virtuelle vous donne la possibilité de simuler l’utilisation d’une vraie batterie, sans devoir investir le même prix.

Quels sont les inconvénients du stockage virtuel ?

Selon votre objectif principal, le stockage virtuel d’électricité peut avoir des inconvénients, comme :

  • Ne pas être alimenté en cas de coupure de courant ;
  • L’électricité de la batterie n’est pas totalement gratuite ;
  • Ce stockage n’est pas accessible aux lieux isolés ;
  • La batterie virtuelle n’est pas éligible à la prime d’autoconsommation.

En effet, cette électricité n’est pas reliée physiquement au lieu de production, donc, elle ne peut pas être reliée à un système de secours. Ensuite, vous devrez savoir que les taxes d’acheminement vous seront demandées.

Vous ne pourrez pas non plus profiter du stockage virtuel dans un lieu isolé, car l’import et l’injection de votre électricité sont faits avec le réseau qui comptabilise les échanges. Pour finir, il est important de savoir que la batterie virtuelle n’est pas éligible à la prime à l’autoconsommation, vous devrez alors faire des choix qui vous feront économiser le plus.

Quelles sont les démarches à suivre pour souscrire à un contrat d’électricité ?

Tout comme l’eau et le gaz, l’électricité est l’élément indispensable dans chaque foyer et établissement de travail. Cette énergie est fournie par des institutions spécialisées selon notre capacité de consommation. Et pour recevoir vos factures mensuelles, vous devez vous abonner.

Si vous venez de construire votre maison et que vous souhaitez l’alimenter en électricité, dans cet article, nous allons vous lister les démarches à suivre pour souscrire à un contrat d’électricité, rapidement et efficacement. Surtout, lisez jusqu’à la fin.

Souscrire à un contrat d’électricité

Chaque individu doit souscrire à un contrat d’électricité chez le fournisseur de son choix afin de profiter d’une alimentation continue dans son lieu de résidence ou lieu de travail si le souscripteur exerce une fonction libérale.

Pour souscrire à un contrat d’électricité, c’est très simple, vous pouvez soit :

  • Envoyer une lettre recommandée par courrier au fournisseur de votre choix ;
  • Faire une souscription en ligne sur le site web du fournisseur d’électricité ;
  • Via téléphone, en appelant le service client.

Plusieurs modalités de souscription sont proposées aux clients afin de leur faciliter la procédure. Par ailleurs, si vous choisissez la méthode en ligne, voici les étapes que vous devez suivre dans le but d’envoyer une demande complète à l’établissement en question :

  • Rendez-vous sur le site du fournisseur ;
  • Entrez votre nom, prénom et lieu de résidence ;
  • Précisez si vous êtes déjà inscrit chez un autre fournisseur ;
  • Parmi la liste des assurances existantes sur le site, choisissez celle qui vous convient en cas de panne.

Cela dit, si vous êtes déjà souscrit à un contrat d’électricité et que vous souhaitez changer de fournisseur, vous devez envoyer une demande de souscription au nouvel établissement, tout en lui précisant que vous êtes déjà inscrit chez son concurrent. À ce moment-là, c’est le nouveau fournisseur qui s’occupera de toute la procédure de résiliation de votre précédent contrat.

Cependant, hormis la volonté de changement, la résiliation du contrat d’électricité peut avoir lieu en cas de déménagement ou factures impayées. Dans ce dernier cas, même si vous décidez de régler vos impayés, vous devez vous souscrire à un nouveau contrat et c’est totalement gratuit.

Comment souscrire à un contrat d’électricité ?

La souscription à un contrat d’électricité est totalement gratuite et très simple. Pour ce faire, vous devez suivre les étapes suivantes :

  • Communiquer au fournisseur vos informations personnelles, autrement dit : nom, prénom, téléphone ;
  • Préciser au fournisseur votre lieu de résidence ;
  • Le numéro PDL (Point De Livraison) du compteur ;
  • Modalité de paiement de vos factures d’électricité.

Parfois, le fournisseur peut vous interroger sur la superficie de votre logement et le nombre d’appareils électroménagers ou électroniques que vous utilisez quotidiennement. Si cela vous arrive, ne vous inquiétez pas, l’établissement ne cherche pas à entrer dans votre intimité. Cette procédure a pour objectif de vous aider à choisir la bonne offre, selon votre besoin en électricité.

Par ailleurs, il existe d’autres méthodes de souscription, nous vous les avons listées ci-dessus.

Si vous venez d’occuper une nouvelle maison, avant de souscrire à un contrat d’électricité, vous devez d’abord obtenir un certificat de chez Enedis qui prouve si votre installation électrique répond aux normes. Ensuite, vous déposez votre demande d’installation du compteur d’électricité.

Il faut savoir que cette installation est payante, elle coûte, en moyenne, 50 euros. Cela dit, une fois que les techniciens auront terminé de l’installer, à ce moment-là, vous serez en mesure d’entamer votre souscription chez le fournisseur de votre choix.

Cependant, si vous emménagez dans une maison qui a déjà été habitée, vous n’aurez pas à déposer une demande d’installation du compteur électrique, vous pouvez souscrire directement à un contrat d’électricité.

Les contrats d’électricité sont multiples, parmi lesquelles on trouve :

  • Tarif indexé sur le tarif réglementé ;
  • Tarif fixe d’électricité ;
  • Tarif EDF ;
  • Tarif des fournisseurs alternatifs.

La méthode de résiliation d’un contrat d’électricité

Dans la majorité des cas, résilier un contrat d’énergie est simple, il vous faut simplement informer votre opérateur que vous souhaitez mettre fin à votre contrat. Cependant, les choses peuvent ne pas être aussi simples si vous avez souscrit à un contrat à durée déterminée qui n’a pas encore expiré ou si vous avez signé un autre contrat à durée déterminée.

Lorsqu’un consommateur doit déménager ou veut faire un changement d’agence, il doit résilier son contrat d’électricité. Selon le scénario, différentes procédures doivent être prises. Elles peuvent être effectuées par le client ou dans de rares cas, par le prestataire.

Résiliation d’un contrat électricité en raison d’un déménagement

En cas de déménagement, le règlement de vos contrats d’électricité peut être un cauchemar, néanmoins, cela peut être une opération très simple si vous prenez des mesures. La mesure initiale est d’informer votre fournisseur d’électricité de vos intentions, deux semaines avant de déménager et surtout, mentionnez le jour de l’annulation déterminé afin d’éviter toute coupure de courant immédiate.

Le changement d’adresse nécessite le transfert ou l’arrêt de votre contrat d’électricité en cours. Ensuite, vous devrez informer votre fournisseur, préférablement, à l’aide du fichier de transfert d’énergie ou de la facture d’électricité.

L’opération finale est très importante comparée à celle mentionnée précédemment, car elle établit une distinction entre le taux d’énergétique des différents habitants des logements. Dès que le fournisseur aura reçu votre relevé, il va créer un document de règlement sur la base des kilowattheures utilisés entre le document de régularisation final et le début du transfert. Cela servira de preuve que le contrat a bien été résilié.

Il faut comprendre que le fournisseur d’électricité offre généralement une opération de transfert du plan au nouvel emplacement du client lorsqu’il fait part de sa volonté de le résilier. Cependant, le déménagement est l’occasion d’évaluer les contrats d’électricité pour économiser de l’argent. Pour cette circonstance, il est judicieux de trouver un autre plan pour votre future habitation, 15 jours avant le déménagement. Ce délai permettra à votre responsable de distribution d’agir en cas de besoin d’ouverture de votre compteur électrique.

Résiliation d’un contrat d’électricité en raison du changement de fournisseur

Avec le secteur de l’énergie maintenant libre, les consommateurs sont libres de transférer vers une autre agence d’électricité. C’est une opportunité, compte tenu du fait que certaines offres des compagnies sur le coût du kWh d’électricité ou sur la cotisation sont très intéressantes. En revanche, quelle que soit la durée de votre contrat de service d’électricité, il peut être résilié à tout moment de l’année.

Un autre avantage est qu’il nécessite peu d’efforts venant du client, puisqu’il n’a qu’à sélectionner une agence d’électricité et un accord. En effet, c’est le nouveau prestataire qui s’engage à arrêter le plan en exécution et à démarrer le suivant, à la période définie, en prenant en considération une période de préavis d’au moins 30 jours. Le souscripteur obtiendra alors une facture pour tout réguler, en fonction du taux consommé, jusqu’au jour de l’annulation. La transmission du dernier relevé de compteur vers la nouvelle agence ne doit donc pas être oubliée. Ces informations sont pratiques pour l’établissement de la facture d’annulation.

Comment faire la résiliation d’un contrat d’électricité ?

Quel que soit le fournisseur, aucun préavis n’est requis pour résilier un contrat d’électricité. Cela dit, il est impératif de relever le compteur 24 heures avant la date de résiliation. Lors de la prise de contact avec votre fournisseur d’énergie pour résilier un contrat, vous devrez lui fournir quelques informations importantes. Cela inclut :

  • L’adresse ;
  • Le numéro de compte ;
  • Le nom ;
  • La date d’annulation.

Dans la majorité des situations, vous pourrez résilier un contrat par téléphone ou par e-mail.

Comment réduire sa facture d’électricité ?

L’électricité a vu une hausse des prix assez importante. Ainsi, la facture d’électricité devient une charge de plus en plus importante pour les citoyens, mais il est possible de la réduire, en adoptant des gestes bien précis et en les intégrant à son quotidien. Voici donc quelques astuces pour réduire sa facture d’électricité.

Les appareils les plus consommateurs d’énergie

Chaque appareil consomme de l’énergie selon ses besoins, cependant, il est intéressant de noter que certains appareils en consomment plus que d’autres. Connaître les appareils les plus consommateurs d’énergie permet de savoir sur quel appareil il vaudrait mieux prêter attention et surveiller.

Voici un classement des appareils consommateurs d’énergie, du plus consommateur au moins consommateur :

  • Le congélateur et/ou réfrigérateur ;
  • Le sèche-linge ;
  • La télévision ;
  • Le lave-vaisselle ;
  • Le four électrique.

Il faut également noter que mis à part la consommation d’énergie électrique, le chauffage est le premier équipement ménager qui consomme le plus d’énergie, de manière générale. Sa consommation d’énergie atteint environ 71 % de la consommation totale, ce qui est un pourcentage non négligeable.

Comment réduire sa facture d’électricité ?

Le premier conseil donné pour réduire sa facture d’électricité est le choix des équipements électriques. En effet, il est important que tous les équipements soient choisis selon les besoins de la personne et de la capacité nécessaire. Il est donc conseillé de choisir une potentialité adaptée à l’utilisation personnelle et non pas opter pour une capacité trop grande qui aura tendance à consommer plus d’électricité.

Il est aussi utile d’acheter des appareils qui proposent des options programmées en économie. De cette façon, l’appareil permettra, lui-même, d’économiser de l’énergie. Aussi, il est utile d’éviter de positionner certains appareils à côté de sources de chaleur, car cela les fera davantage fonctionner et demandera une consommation d’électricité plus importante. Les réfrigérateurs et congélateurs ne doivent, en aucun cas, être mis à côté d’une source de chaleur.

Les appareils connectés

Il est vrai que les appareils connectés se trouvent parmi la liste des appareils qui ne consomment pas énormément d’électricité, notamment de manière individuelle. Cependant, lorsque ces derniers sont nombreux, il est tout à fait normal que leur consommation électrique se voie augmenter. C’est pour cette raison qu’il est important de surveiller cette consommation.

Il est également conseillé d’éviter de surcharger une habitation d’appareils électriques connectés, ainsi que de débrancher les appareils en dehors de leur utilisation.

La lumière et l’éclairage

Il est possible de réduire sa consommation d’électricité en optant pour un éclairage plus approprié. En effet, il suffit de changer le type d’éclairage pour économiser de l’électricité. C’est pour cette raison qu’il est conseillé de changer vers des lampes LED. Ces dernières sont, certes, plus chères que la moyenne, mais leur prix se compense grâce à leur longue durabilité, mais à leur consommation d’énergie qui est assez faible.

Il existe un modèle de lumière LED plus utilisé pour la déco, qui peut donner différentes couleurs et ainsi, créer une bonne ambiance. Cependant, ces lumières, bien qu’elles portent le nom de LED, elles ne représentent aucun avantage dans la consommation électrique.

De ce fait, pour s’assurer que la lampe LED est bien ce qu’il faut, il est toujours conseillé de s’orienter vers l’étiquette énergétique de son emballage. Cette dernière possède tous les détails quant à la consommation d’énergie du produit.

Bien évidemment, il est conseillé d’éteindre les lumières inutiles. En effet, de nombreuses personnes ont tendance à oublier d’éteindre les lumières d’une pièce une fois sorties et cela représente l’une des causes de la consommation élevée d’électricité.

De plus, il est conseillé d’optimiser l’utilisation du chauffage, étant l’une des principales causes de la hausse d’énergie. Ainsi, il est important de toujours bien contrôler la température des chauffages dans les pièces.

Pourquoi refaire des travaux d’électricité dans votre maison ?

Face à des problèmes de court-circuit fréquents ou des appareils électriques défectueux, il est nécessaire de revoir l’installation électrique de votre habitation. En effet, cette dernière peut être usée ou non-conforme aux règles imposées par la loi, ce qui peut induire des risques d’incendie ou d’électrocution et compromettre votre sécurité ou bien celle des autres.

Ainsi, l’intervention d’un électricien est indispensable pour remédier à vos problèmes d’électricité. Alors, comment trouver un bon prestataire et en quoi consistent les travaux de rénovation électriques qu’il réalise ? On vous dit tout !

Dans quels cas doit-on refaire des travaux d’électricité et quels sont les différents types de travaux ?

L’installation d’un système électrique est une opération complexe et laborieuse. En effet, la mise en place d’un compteur et d’autres dispositifs électriques est essentielle au bon fonctionnement de vos appareils et contribue grandement à votre confort personnel.

Ainsi, si certaines pannes d’électricité sont mineures, comme un problème d’ampoules ou de luminaires qui grillent, d’autres sont plus importantes et indiquent un réel problème au niveau de votre réseau électrique, ce qui doit vous amener rapidement à revoir votre installation. Ces situations incluent :

  • Des prises électriques qui surchauffent ou qui ne fonctionnent plus ;
  • Une coupure de courant générale ;
  • Un disjoncteur qui ne réarme pas ;
  • Des fusibles qui sautent fréquemment ;
  • Si votre système d’installation électrique date des années 90.

Différents types de travaux peuvent être réalisés pour rénover l’installation électrique de votre maison, dont principalement les suivants :

  • Les travaux de raccordements électriques et qui consistent à brancher votre nouvelle installation électrique au réseau public de distribution, et cela, conformément aux normes NFC 15-100 ;
  • L’installation d’un nouveau compteur électrique ;
  • La mise en place du réseau domotique et qui comprend tous les appareils électroniques ou de télécommunication que vous utilisez au sein de votre domicile et qui doivent être branchés en fonction du système d’installation rénovée ;
  • Le replacement des anciens systèmes d’éclairage ;
  • L’implantation des prises de courant, en fonction de la puissance des appareils électriques utilisés.

Comment réussir les travaux de rénovation électrique de votre maison ?

Afin de réussir les travaux de rénovation électrique de votre maison, il est important de respecter quelques étapes cruciales. En effet, avant d’entamer les travaux d’électricité, il convient de faire appel à un professionnel afin que celui-ci puisse réaliser un diagnostic complet de l’état de votre réseau électrique de votre maison et détecter toutes ses failles pour trouver des solutions efficaces et établir un plan de travail.

Par ailleurs, vous devez également veiller à estimer les besoins de votre domicile en électricité afin d’adapter votre réseau électrique à la performance de chaque appareil, y compris votre chauffage, vos dispositifs électroménagers, vos télévisions, etc. Cette estimation vous permettra de souscrire auprès du fournisseur d’électricité adéquat après vos travaux de rénovation électrique.

Par ailleurs, définir le budget dont vous aurez besoin pour vos travaux d’électricité est un autre facteur à prendre en compte, puisque vous devrez faire attention aux types de poses électriques utilisées, au matériel électrique employé (tableaux électriques, prises, fusibles, etc.), ainsi qu’à l’ampleur des travaux (travaux de rénovation partiels ou complets) et qui peuvent coûter très cher. De ce fait, il faudra prévoir le budget nécessaire pour cela.

Comment trouver un bon électricien pour vos travaux de rénovation électrique ?

Il est important de trouver un électricien qualifié pour réaliser les travaux de rénovation électrique de votre maison et pour ce faire, vous devez veiller à bénéficier de la meilleure qualité de service possible et au meilleur prix.

Ainsi, nous vous conseillons de comparer entre plusieurs prestataires différents, et cela, en réalisant des devis en ligne et qui vous permettront de déterminer le début et la fin des travaux et d’estimer la somme totale à payer.

Vous pouvez également consulter l’avis d’autres utilisateurs ou bien utiliser la méthode du bouche-à-oreille et vous renseigner auprès de vos proches ou de vos voisins, afin de trouver les meilleurs électriciens de la région.

Quels sont les moyens de production de l’électricité via un alternateur ?

L’alternateur est une installation qui permet de transformer l’énergie du mouvement en électricité. En effet, le générateur de courant qui est souvent une éolienne ou un panneau solaire qui va produire des ampères, ces derniers vont alors être stockés dans des batteries. La consommation de l’énergie stockée varie selon la puissance des appareils qui sont branchés à la batterie.

Comment produire de l’électricité avec un alternateur ?

L’électricité produite à partir d’un alternateur chez vous, de manière écologique, est une solution intéressante pour réduire la facture de consommation. Pour cela, vous pouvez profiter de l’énergie solaire, hydraulique et aussi éolienne.

‍En effet, plus de 50 % des Français considèrent que l’énergie solaire est une énergie renouvelable, l’éolienne domestique est également bien appréciée par les adeptes des énergies propres. Toutefois, pour bien profiter de la force du vent, il faut habiter dans une région bien exposée à celui-ci, qui doit souffler régulièrement et avec une intensité suffisante.

Pour la production de l’électricité verte, vous pouvez aussi utiliser une hydro-turbine, et ce, si vous habitez près d’un cours d’eau avec un débit assez fort. Ce mode est rarement utilisé, car il n’y a pas beaucoup d’habitations à proximité de cette source d’énergie naturelle.

Les centrales hydroélectriques et les centrales thermiques !

Comme décrit plus haut, la force de l’eau est une excellente source d’énergie, elle est d’ailleurs connue depuis bien longtemps, comme la Turbine Pelton. Deux autres turbines sont également bien connues :

  • La turbine Francis, elle est adaptée aux centrales de moyenne chute ;
  • La turbine Kaplan, une turbine à hélices, adaptée aux centrales, avec une faible hauteur de chute d’eau.

Quant aux centrales thermiques, elles sont dotées d’une chaudière qui est donc alimentée par du charbon, par exemple. La chaleur qui se dégage va chauffer un circuit d’eau, la vapeur dégagée est alors envoyée sous pression vers des turbines. À ce moment-là, la rotation de l’alternateur est déclenchée.

Les turbines à gaz et les éoliennes !

La turbine à gaz, également connue sous le nom de turbine à combustion dans les avions, est connue par beaucoup sous la dénomination de turboréacteur. L’avantage des turbines à combustion est qu’elles sont rapidement installables, les plus imposantes peuvent peser des centaines de tonnes.

Dans la liste des générateurs des énergies écologiques qui permettent d’avoir de l’électricité via un alternateur, vous trouverez les éoliennes. En effet, les éoliennes classiques sont aussi appelées aérogénérateur.

La turbine fonctionne grâce à la rotation de l’hélice, celle-ci contient trois pales face au vent, leur longueur est entre 20 et 70 mètres. Les matériaux avec lesquels elles sont confectionnées permettent de réduire leur poids, comme la fibre de verre ou même le carbone.

Pour augmenter la vitesse de rotation de l’hélice, un engrenage est donc déclenché pour accroître la vitesse de l’alternateur, celle-ci peut atteindre les 1 500 tours. L’éolienne est alors reliée à un transformateur via un câble souterrain pour transformer l’énergie en électricité.

Toutefois, les éoliennes géantes suscitent certains débats dernièrement, en particulier chez les pécheurs. Ces derniers jugent que leur installation dans la mer perturbe le cycle des poissons et leur distribution et ainsi, leur rendement est directement impacté. Néanmoins, des mouvements associatifs sont en train de s’organiser pour décortiquer ce problème.

Un autre défaut est reproché aux éoliennes géantes, ce dernier concerne leur impact sur la dispersion des oiseaux. En effet, les grands mouvements des pales effrayent les oiseaux et les forcent à s’éloigner de leur habitat naturel.

Certaines associations de consommation écologique encouragent les éoliennes domestiques, l’avantage est qu’elles sont moins imposantes que les grandes. En revanche, il faut toujours les installer dans une zone suffisamment exposée au vent.

Quel est le rôle de la mise en conformité électrique ?

Il est obligatoire d’avoir une installation électrique conforme aux normes en vigueur (norme NF C 15-100). Il faut donc vérifier l’électricité de son habitation, et cela, pour la sécurité de tous les habitants.

Lors d’une transaction immobilière, il est nécessaire d’avoir une attestation de conformité qui vous sera délivrée par l’organisme Consuel, dans le cadre d’une rénovation ou par un électricien. Découvrez toutes les informations à propos de la mise en conformité d’électricité.

Qu’est-ce que la mise en conformité d’électricité ?

La mise en conformité permet de rendre votre installation conforme à la norme française en vigueur NF C 15-100. Donc, au moment de la construction ou de la rénovation totale, vous devrez obligatoirement respecter cette norme dans votre logement. Dans le cas où un logement n’est pas conforme aux normes, les distributeurs d’électricité ne pourront pas l’alimenter.

La norme NF C 15-100 représente toutes les règles à respecter afin de pouvoir réaliser l’installation électrique totale d’un logement, en commençant par le disjoncteur d’abonné, jusqu’à la prise de courant et des bornes d’alimentation. Ces règles ont été faites pour assurer la sécurité des habitants et le bon fonctionnement de l’énergie.

Cette norme change au fil du temps, de façon périodique, en fonction des progrès technologiques. La dernière norme qui a été établie date de 2015. Cependant, lorsque le temps passe, l’installation devient plus vieille, elle peut ne plus être conforme, mais elle doit rester adaptée aux besoins et assurer la sécurité.

Il est alors recommandé de vérifier la conformité de son logement très souvent, une fois tous les 10 ans au minimum. Et en cas de souci, veillez à réaliser les travaux qu’il faut pour rester dans les normes et assurer votre sécurité.

Quels sont les risques d’une installation qui ne respecte pas la norme de conformité électrique ?

Les défaillances au niveau des installations électriques en France sont nombreuses. En effet, les débuts d’incendie liés à ces problèmes sont très courants en France, et cela, chaque année.

Le problème touche principalement les logements occupés par les familles, mais aussi les lieux publics, comme les maisons de retraite et les hôpitaux. Un incendie de ce genre peut causer la destruction de ces lieux et parfois même, conduire à des dommages physiques.

Il y a également le risque d’électrisation qui peut être causé par un non-respect des normes de conformité électrique. Souvent, au moindre contact d’un appareil mis sous tension, mais qui n’est pas correctement isolé, un individu risque d’être électrocuté. Ce dernier peut risquer gros, à cause d’un non-respect des mesures de sécurité. C’est pour toutes ces raisons que la mise en conformité électrique d’un logement est indispensable, il s’agit de la sécurité des familles et de tous les individus.

Quelles sont les étapes d’un diagnostic électrique pour être conforme ?

Il est essentiel de vérifier la conformité électrique de son habitation, toutefois, cette vérification demande une méthode spécifique et des étapes bien précises. L’installation électrique d’un habitat est composée d’un réseau interconnecté, donc, la moindre défaillance peut entraîner de graves conséquences.

Le professionnel va alors suivre les étapes avec précision, en commençant par faire le diagnostic électrique. Celui-ci débutera par la vérification des branchements du tableau électrique. Le but est de s’assurer que les câbles et le fils sont bien branchés.

Ensuite, il procédera au contrôle du circuit de terre pour éviter le risque de décharge électrique. L’électricien va également vérifier toutes les prises de courant afin de s’assurer que chacune est bien connectée à la terre.

De manière générale, le professionnel doit vérifier :

  • Les équipements de base du tableau électrique ;
  • L’alimentation générale et tous les circuits de mise à la terre ;
  • Le câblage et le schéma général du tableau électrique ;
  • Les composants secondaires du tableau électrique.

Comment fonctionne l’électricité renouvelable ?

Face à la menace du changement climatique, de plus en plus de personnes choisissent d’adopter une démarche plus écoresponsable dans leur vie quotidienne. En effet, l’utilisation d’énergies renouvelables représente une alternative efficace pour produire de l’énergie dans votre habitation, tout en limitant les dégâts environnementaux.

De nos jours, de nombreux fournisseurs d’énergie proposent des offres d’électricité verte qui sont axées sur la distribution de l’électricité renouvelable. Alors, en quoi cela consiste exactement et comment installer ce type de système énergétique dans votre habitation ? On vous dit tout !

Tout savoir sur l’électricité renouvelable

L’électricité renouvelable désigne un système d’installation énergétique qui utilise des énergies renouvelables, contrairement à l’énergie fossile, telle que le gaz, le charbon ou le pétrole, qui sont des combustibles épuisables, car ils prennent des millions d’années pour être reconstitués et sont consommés très rapidement.

De ce fait, il existe plusieurs techniques de production d’électricité renouvelable et qui comprennent un mix énergétique diversifié. Ainsi, on retrouve :

  • L’électricité solaire photovoltaïque : comme son nom l’indique, cette technique de production repose sur l’énergie solaire et notamment grâce à des panneaux solaires qui transforment le rayonnement du soleil en source d’énergie électrique ;
  • L’électricité éolienne : cette forme d’électricité est produite grâce au vent, et cela, en utilisant des aérogénérateurs qui permettent de transformer l’énergie mécanique du vent en énergie électrique ;
  • L’électricité hydraulique : cette technique de production est assurée par une installation hydroélectrique qui remploie des turbines permettant de convertir l’énergie mécanique de l’eau en électricité continue.

Quels sont les avantages de l’électricité renouvelable ?

À l’heure actuelle, de nombreux consommateurs souhaitent lutter contre le réchauffement climatique et pour ce faire, ils n’hésitent pas à adhérer à des systèmes énergétiques plus écolos, y compris l’électricité renouvelable, et cela, en raison des nombreux avantages qu’elle offre, dont principalement les suivants :

  • Elle permet de limiter l’accroissement de l’effet de serre sur la planète et de sauver l’environnement ;
  • Elle réduit le coût de votre consommation énergétique et vous permet de réaliser des économies ;
  • Elle accorde une indépendance énergétique par rapport aux systèmes d’énergies fossiles.

Comment réussir l’installation d’un système de production d’électricité renouvelable ?

Si vous souhaitez passer à l’électricité renouvelable, il convient tout d’abord de prendre quelques facteurs en considération afin de réussir votre transition énergétique. Ainsi, il faudra trouver le système de production énergétique qui sera le plus adapté à votre situation. Pour ce faire, il faudra faire un état des lieux concret et évaluer vos besoins en consommation énergétique pour trouver le bon système d’installation, en fonction de votre budget et du potentiel énergétique du dispositif choisi (installation solaire, éolienne ou hydraulique).

Par ailleurs, il faudra veiller à ce que votre installateur soit compétent et dispose d’un label certifie afin qu’il puisse se charger de ce projet d’installation énergétique. Vérifiez également que ce dernier est couvert par une assurance travaux.

Le choix de votre fournisseur d’énergie verte dépendra essentiellement des tarifs qu’ils proposent, de ce fait, n’hésitez pas à comparer entre plusieurs offres différentes pour trouver la formule qui vous convient le mieux.

Combien coûte l’installation d’électricité renouvelable ?

Le prix de l’installation de l’électricité renouvelable sera principalement déterminé par la source énergétique choisie ainsi que le prix des matériaux utilisés. Par exemple, si vous optez pour l’installation d’un panneau solaire de 3 kWc, il faudra prévoir entre 8 000 et 13 000 euros pour le prix d’installation totale dans votre habitation et entre 16 000 et 19 000 euros pour des panneaux solaires avec une puissance de 6 kWc. Les installations éolienne ou hydraulique, quant à elles, sont un peu plus complexes et peuvent atteindre jusqu’à 40 000 euros.

Toutefois, si l’installation de ces systèmes d’énergie renouvelable ne convient pas à votre budget, alors, vous pouvez adhérer à des offres d’électricité verte en guise d’alternative.

Que faut-il savoir sur l’électricité de sa maison ?

Dans n’importe quelle situation, il faut avoir des notions de base en électricité, surtout si on est propriétaire d’un bien immobilier. De cette manière, en cas de souci, la personne pourra comprendre, un minimum, ce qui se passe réellement. Cela peut également être particulièrement intéressant dans le cas où certains travaux sont nécessaires, car ça permet de faire un suivi des travaux.

Les notions de base pour une électricité de maison

Voici quelques notions de base à connaître sur l’électricité d’une maison :

Un circuit électrique

Un circuit électrique englobe, en réalité, tous les équipements électriques et électroniques que nous pouvons trouver dans une maison et qui sont reliés et parcourus par un courant électrique.

Chaque équipement électrique et/ou électronique a des besoins précis et spécifiques en électricité. C’est pour cette raison que le circuit électrique doit être en cohérence avec les besoins des machines.

Dans le cas où l’électricité doit être refaite, il est important de refaire aussi le circuit électrique, car il est lié au disjoncteur et donc, à l’ensemble du système électrique, voire, il le compose.

Un courant électrique

Le courant électrique survient d’un ensemble de tension, de puissance et d’intensité, chacun est mesuré en une unité de mesure bien précise. Ce courant électrique se transmet et se véhicule grâce à des câbles et fils électriques. Ces derniers sont généralement conçus avec différentes caractéristiques et différents diamètres.

De cette manière, on peut avoir un câble électrique adapté à une certaine intensité de courant. Habituellement, plus le câble électrique a un large diamètre, plus ce dernier peut supporter une importante intensité de courant électrique.

Ainsi, nous pouvons déduire que l’installation d’un courant électrique doit se faire selon des normes bien précises. En effet, chaque composant de l’installation a ses propres caractéristiques et doit être adapté à l’installation en question. C’est pour cette raison qu’il est toujours conseillé de faire appel à un professionnel électricien qui devrait se charger des travaux électriques.

La rénovation électrique

En ce qui concerne les travaux électriques, il existe quatre cas de figure dans lesquels il est intéressant de faire une rénovation électrique :

  • Le remplacement total de l’installation électrique ;
  • Le raccord d’une extension à un bâtiment ;
  • Le raccord de nouveaux équipements ;
  • Le réaménagement des pièces

Le remplacement de l’installation électrique survient souvent lorsque cette dernière est ancienne. Dans ce cas, le remplacement devient indispensable, voire urgent, car cela peut être assez dangereux et causer des courts-circuits. Les courts-circuits sont l’une des causes d’incendies, mais également, d’accidents physiques à la personne.

Dans le cas de la création d’une nouvelle pièce, il faudra à un moment la raccorder au circuit électrique déjà existant. Cependant, cela ne peut se faire sans s’assurer de la faisabilité de la chose. Dans certains cas, l’installation déjà existante ne peut pas supporter un autre raccordement et demandera un changement de cette dernière.

De la même manière, parfois, une installation électrique ne peut pas forcément supporter d’être raccordée à un nouvel équipement. Ainsi, il sera éventuellement intéressant de faire quelques changements, si besoin.

Généralement, lorsqu’on désire effectuer des travaux électriques, il est toujours conseillé de débuter par une première analyse. Cette analyse se nomme un diagnostic électrique qui doit être effectué par un électricien professionnel. Il va analyser méticuleusement l’état du circuit électrique, en général, ainsi que chacun de ses composants. Il évaluera également les éventuels risques et dangers liés à ce dernier.

Par la suite, c’est ce même électricien qui vous conseillera sur la procédure à mettre en place et sur le type de travaux à faire. Bien évidemment, il pourra vous effectuer un devis de rénovation gratuitement, mais il existe différents devis pour une maison, et ainsi pour que vous puissiez avoir une idée du montant total des travaux qu’il vous faudra faire.

Ultérieurement, le professionnel pourra passer à l’action et commencer les travaux nécessaires. Selon l’importance des travaux, l’électricien peut s’en charger seul ou en équipe. À savoir que dans le cas d’une équipe, la facture reviendra plus onéreuse.

Pourquoi faire une formation en électricité ?

Il est vrai que certaines formations sont, d’une certaine manière, dénigrées, cependant, cela n’est pas un acte rationnel, car ces dernières sont tout aussi importantes que d’autres. Parmi ces formations, la formation en électricité.

Une formation d’électricité complète permet de devenir électricien. Elle est donc effectuée par un certain nombre de personnes qui souhaitent faire de ce domaine leur métier d’avenir. Une formation pareille est ouverte à tous et plusieurs branches sont disponibles à tous les niveaux, que ce soit pour les étudiants ou tout simplement pour des personnes adultes qui désirent se reconvertir professionnellement dans l’électricité. Ces dernières sont complètes et certaines demandent même à effectuer une alternance pour avoir un ensemble de compétences théoriques et pratiques à la fin de la formation.

Cela est particulièrement intéressant, alors, découvrez davantage sur l’intérêt de la formation en électricité, dans cet article.

Pourquoi faire une formation en électricité et devenir électricien professionnel ?

Devenir électricien nécessite de se spécialiser dans les installations électriques pour aider les professionnels et les particuliers. C’est un rôle important, car tout le monde a parfois besoin d’un électricien. La variété des tâches (installation d’alarme, raccordement électrique, installation électrique) rend le travail d’un électricien très intéressant. Être électricien peut faire de vous un travailleur indépendant : le travail indépendant est courant dans l’industrie de la construction, puisqu’il n’y a aucune restriction à ce sujet.

En tant que fournisseurs de solutions innovantes, les intégrateurs électriques sont impliqués dans la mise en œuvre des nouvelles technologies ainsi que dans la transformation énergétique et numérique.

Domotique dans les maisons, bornes électriques dans les voitures, éclairage urbain intelligent, serveurs informatiques dans les entreprises et bien d’autres, les électriciens interviennent dans l’installation et dans la maintenance.

La formation en électricité

Que vous soyez étudiant, demandeur d’emploi ou en reconversion professionnelle, quel que soit votre niveau, nous vous proposons de nombreuses formations :

  • CAP d’électricien ;
  • BEP électricien ;
  • Bac Pro électricien ;
  • Diplôme d’ingénieur avec licence.

Avec la formation continue, plusieurs modules sont disponibles, vous permettant d’acquérir rapidement les compétences dont vous avez besoin. Ces diplômes permettent souvent de signer un contrat d’alternance ou de spécialisation pour pouvoir alterner des cours lors d’un stage en entreprise sur le terrain.

Ces formations peuvent avoir lieu à la fin du collège, voire plus tard, parce qu’un certain nombre d’adultes décident de se reconvertir professionnellement.

Que faire après la formation en électricité ?

Généralement, après avoir fait sa formation en électricité, la personne peut être appelée comme étant un électricien à part entière. Elle peut donc exercer le métier d’électricien de manière naturelle, car elle dispose de toutes les compétences nécessaires pour le faire.

Par ailleurs, en raison des nombreux paramètres en jeu, dont la zone géographique dans laquelle vous exercerez, il peut être difficile d’estimer le salaire moyen d’un électricien. Les débutants gagnent environ 1 500 euros au total et les électriciens confirmés, environ 2 500 euros.

Une fois devenu électricien, vous aurez deux options : être employé par une entreprise ou devenir électricien indépendant. C’est un choix difficile et vous vous sentirez peut-être plus à l’aise pour faire vos activités en tant qu’employé, avant de commencer à créer un projet.

Sachez, toutefois, que si vous décidez de créer votre propre entreprise, devenir électricien vous permettra de choisir l’état qui vous convient le mieux. Vous aurez la possibilité de démarrer une entreprise ou de devenir électricien indépendant.

Peu importe le choix fait, il sera principalement important et primordial de respecter l’ensemble des réglementations liées à l’exercice de ce métier. Dans tous les cas, le métier d’électricien ouvre de nombreuses portes par la suite, pour des choix de carrière différents. Cela peut même donner l’opportunité de créer sa propre entreprise d’électricité.

Le principe de l’économiseur d’électricité

Les consommateurs et les fabricants ont de plus en plus concentré leur attention sur les gadgets d’économie d’énergie domestique à basse tension. Ces derniers sont souvent utilisés dans les habitations résidentielles pour économiser de l’énergie et réduire les dépenses de services publics.

En fait, ils se présentent sous la forme d’un petit gadget qui peut être branché sur n’importe quelle prise secteur de la maison. De plus, certaines entreprises affirment que leurs économiseurs d’énergie peuvent leur faire économiser un quart de l’énergie utilisée.

Tous les avantages de l’économiseur d’électricité !

De nombreux clients qui ont utilisé des économiseurs d’énergie affirment qu’ils ont pu réduire leurs coûts énergétiques grâce aux gadgets, néanmoins, les économies n’étaient pas aussi importantes qu’ils l’avaient espéré.

De plus, beaucoup ne savaient pas si la baisse des coûts énergétiques était attribuable aux économiseurs d’énergie ou à leurs tentatives de limiter leur consommation d’électricité. Il y a eu des débats majeurs concernant l’authenticité de l’appareil.

Voici quelques autres avantages de l’utilisation d’un tel appareil :

  • Appareil à la fois écologique et économique ;
  • Installation simple ;
  • Optimisation et sécurisation du système électrique ;
  • Réduction de l’empreinte environnementale.

Qu’est-ce qu’un économiseur d’électricité exactement ?

Un économiseur d’énergie est un accessoire qui se connecte à une prise de courant. Il semble que le simple fait de garder le gadget connecté réduise instantanément votre consommation d’énergie et des économies comprises entre 25 et 40 % peuvent être réalisées.

Il est bien connu que l’électricité que nous utilisons dans nos maisons n’est pas toujours fiable. Dans ce sens, il y a de nombreuses oscillations, montées et descentes et surtensions. Aucun appareil électroménager ne pourra fonctionner sur un courant instable. De plus, en transformant l’énergie électrique en énergie thermique, le courant fluctuant gaspille le courant électrique dans le circuit. Cette énergie thermique n’est pas seulement perdue dans l’environnement, mais elle endommage également les appareils et le circuit de câblage. L’économiseur d’énergie stocke justement cette dernière à l’intérieur, via une série de condensateurs qui la libèrent ensuite, de manière plus douce et moins épineuse. Les appareils éliminent aussi automatiquement le carbone du circuit, ce qui permet un flux électrique plus fluide.

En conséquence, il y aura moins de pics de puissance et une plus grande partie de l’énergie circulant dans le circuit peut être utilisée pour alimenter des appareils de la maison.

Fonctionnement d’un économiseur d’énergie

Les économiseurs d’énergie, dit-on, fonctionnent sur l’idée de la technologie de prévention des surtensions. Ils essaient de redresser ce courant électrique erratique afin que la sortie soit régulière et cohérente.

Les économiseurs d’énergie, d’autre part, utilisent les fluctuations de courant comme filtre pour fournir une puissance utile en ne permettant qu’un courant régulier de circuler dans le circuit. Les condensateurs sont utilisés dans les économiseurs d’énergie pour accomplir cela.

Lorsqu’il y a un pic de courant dans le circuit, le condensateur de l’économiseur d’énergie le stocke et le libère lorsque le courant chute soudainement. En conséquence, le gadget ne produit qu’un courant de sortie stable. De plus, un économiseur d’énergie élimine toute forme de carbone du système, permettant un flux plus fluide.

L’avantage fondamental des économiseurs d’énergie est qu’ils protègent l’équipement domestique, plutôt que de fournir un système de secours en période de faible courant.

Combien d’énergie un économiseur d’électricité peut-il sauvegarder ?

Les économiseurs d’électricité sont un atout précieux en copropriété, permettant de rester dans la limite annuelle. La quantité d’énergie économisée par un économiseur d’énergie est proportionnelle au nombre d’appareils connectés au circuit.

De plus, il faut au moins une semaine au système pour s’adapter correctement au circuit avant de commencer à fonctionner au mieux. La plus grande quantité d’économies de tension sera réalisée dans les endroits où les variations de courant sont les plus importantes.

Quels conseils pour économiser de l’électricité ?

L’électricité est indispensable dans le quotidien de chacun, pratiquement, tout marche grâce à l’électricité. Cependant, de nombreuses personnes voient leur facture augmenter d’année en année et heureusement qu’il existe certaines astuces pour économiser en électricité. Voici donc nos meilleurs conseils !

Comment bien choisir ses électroménagers pour économiser en électricité ?

Certains électroménagers sont plus énergivores que d’autres, il est donc important d’identifier votre appareil qui consomme le plus d’énergie afin de pouvoir limiter au maximum son utilisation.

Les électroménagers sont classés en fonction de leur consommation en kWh. Ce classement est proposé par l’Ademe et permet aux personnes d’acheter un appareil qui correspond au mieux à leurs besoins.

L’Ademe conseille d’ailleurs d’acheter les congélateurs et réfrigérateurs selon la capacité des besoins des clients. De plus, il est conseillé d’éloigner ces appareils aux sources de chaleur. La même chose pour le lave-linge, il est important de prendre un appareil qui ne gaspille pas beaucoup d’énergie et donc, qui n’a pas une trop grande capacité. Il est recommandé de privilégier les températures basses et les programmes éco. Ensuite, préférez le sécher votre linge à l’air libre et de ne pas utiliser l’option de séchage.

Aussi, la vaisselle à la main consomme plus d’eau que les récents lave-vaisselles, c’est ce que l’Ademe a constaté. D’ailleurs, pour que l’appareil puisse être bien performant, il est recommandé de vous débarrasser de toutes les miettes des assiettes et autres. Il faut toujours entretenir votre appareil et privilégiez l’option économique.

Quant aux appareils de cuisson, il est conseillé d’éviter les fours à pyrolyse qui ont un mode de nettoyage énergivore. Il est également possible d’adopter des gestes simples au quotidien et qui pourront vous permettre d’économiser de l’énergie. Ainsi, vous pourrez, par exemple, cuire plusieurs, plats en même temps dans le four ou mettre un couvercle sur votre eau qui bout.

Par ailleurs, il ne faut pas négliger les autres appareils connectés, il faut éviter le suréquipement dans votre logement et il ne faut pas laisser tous les appareils allumés en même temps. Dès que vous arrêtez l’utilisation d’un appareil, il faut aussitôt l’éteindre. Enfin, il faut savoir qu’il est préférable de débrancher les appareils que de les mettre en veille.

Quel réflexe adopter lors des achats ?

Quand vous achetez un équipement, il est primordial de vérifier l’étiquette énergie pour évaluer la consommation de votre futur appareil. Il est d’ailleurs obligatoire pour les fabricants de mettre une étiquette dans la plupart des équipements électroménagers.

Ainsi, il faut savoir qu’il existe une échelle de notation qui est représentée par :

  • De G à A, pour les lave-vaisselles, la télévision, etc.
  • De D à A +++, pour l’aspirateur, le sèche-linge, le chauffe-eau, etc.

Ainsi, vous pouvez avoir une idée bien précise sur la consommation de l’appareil que vous achetez, et ce, grâce à l’étiquette énergie. Cela vous permet de réduire le coût de l’achat de votre appareil ainsi que votre facture d’électricité.

Comment réduire sa facture en réduisant l’éclairage et la consommation du chauffage ?

Vous pouvez mieux utiliser l’éclairage en le changeant pour baisser votre facture d’électricité. Il est conseillé de prendre des lampes LED ou les lampes fluocompactes. L’étiquette énergie de ces lampes va alors vous aider à faire votre choix au moment de l’achat. Évitez aussi le sur-éclairage et essayez de faire en sorte de profiter un maximum de la lumière du jour.

Sinon, le chauffage représente l’élément de consommation le plus élevé dans les foyers français. Il existe certaines astuces afin de réduire votre facture. Pour cela, vous devrez installer une régulation et une programmation de chauffage qui vous permet de ne pas chauffer votre logement si vous n’y êtes pas.

Il est également conseillé de remplacer vos radiateurs et prendre des modèles plus performants. Vous pouvez aussi tenter d’avoir une autre source d’électricité en complément de la vôtre, comme le chauffage au bois. Sinon, si vous faites des travaux de rénovation énergétique, vous pourrez bénéficier de l’aide de MaPrimeRénov’.

Quelle est la durée de validité du diagnostic électrique ?

Le diagnostic électrique fait partie d’une série de contrôles obligatoires, connus sous l’appellation des diagnostics immobiliers. Ils concernent toutes les installations de plus de 15 ans d’existence.

Le but principal est de garantir la conformité de l’installation électrique. En effet, les anomalies électriques que les installations peuvent avoir sont la source de surintensité en France et cela peut causer des incendies et des électrocutions si le problème n’est pas résolu rapidement. Selon les chiffres officiels, plus de 80 000 incendies sont de source électrique en France.

Le diagnostic électrique est obligatoire !

Depuis 2018, le diagnostic électrique est devenu une obligation lors de la mise en location ou en vente du logement. En effet, un diagnostic immobilier, avec le diagnostic électrique, bien évidemment, doit être annexé aux baux de location ou aux contrats de vente pour toutes les installations de plus de 15 ans d’âge.

Si le diagnostic électrique manque dans le dossier ou l’acquéreur découvre une faille dans l’installation qui a été négligée, des sanctions sont prévues par la loi française :

  • En cas de vente, vous pouvez être traîné devant le tribunal de grande instance ;
  • En cas de location, c’est le tribunal d’instance qui vous attendra.

Quelle est la durée de validité du diagnostic électrique ?

Sans grande surprise, le diagnostic électrique a une durée de vie : pour les habitations, le diagnostic électrique en cas de vente a une durée de trois années, pour les locations, il est de six années.

Le diagnostic doit être établi par un professionnel certifié et pour vous faciliter la recherche des professionnels qualifiés, vous pouvez avoir recours à l’annuaire des diagnostiqueurs immobiliers certifiés sur tout le territoire national.

Toutefois, il peut y avoir des vices qui ne sont pas visibles, même pour les diagnostiqueurs. En général, cela concerne les parties électriques cachées dans l’habitation. Ces vices peuvent, en réalité, se loger dans les installations qui n’entrent pas dans les éléments que le diagnostiqueur vérifie, comme :

  • Le générateur ;
  • Le circuit de l’installation téléphonique ;
  • L’installation de la télévision ;
  • L’installation de l’alarme, etc.

Que contient un diagnostic électricité ?

Lors du diagnostic, le professionnel doit garantir que l’habitation ne contient pas d’appareils inadaptés ou anciens qui peuvent être une source de risque. En effet, la vérification concerne tous les éléments visibles de l’installation dans l’habitation en question, sans avoir recours au démontage de l’installation.

Pour ne pas vous perdre, le professionnel qualifié doit vérifier l’emplacement des interrupteurs et leur accessibilité et s’assurer que ces derniers ne sont pas dans des lieux dangereux ou à proximité de sources à risque, comme l’eau ou une source de chaleur. Le professionnel doit aussi vérifier le fonctionnement des disjoncteurs pour couper le courant électrique en cas de travaux ou d’intempéries. Il doit également vérifier le système censé s’activer en cas de surintensité ainsi que les fusibles et les dispositifs différentiels.

Dans le processus de vérification, le professionnel doit confirmer la présence d’une prise de terre spécifique, ainsi que les conducteurs. Enfin, il doit vérifier que les appareils électroménagers, dits de catégorie I, comme le lave-vaisselle, la machine à laver ou les radiateurs électriques, sont reliés à la terre.

Une fois la vérification terminée, un rapport de diagnostic électrique doit être dressé, pour qu’il soit annexé au dossier de location ou de vente. Ce dernier doit contenir des informations sur la visite de sécurité, avec tous les détails.

En effet, le rapport doit énumérer tous les points de contrôle vérifiés ainsi que les points qui n’étaient pas accessibles éventuellement. La description des parties contrôlées doit être bien détaillée et les anomalies trouvées doivent être bien mises en exergue. In fine, le rapport doit mettre le doigt sur les risques en relation avec les anomalies détectées.

Réaliser un devis d’une rénovation électrique !

Une rénovation électrique s’impose souvent. En effet, le premier signe est que les factures vont s’enflammer ! Pour y remédier, le changement du compteur électrique semble être une bonne solution.

Le changement du compteur électrique vers un autre intelligent qui permet de comptabiliser la consommation exacte est utile pour faire des économies. Toutefois, la rénovation électrique peut être envisagée pour d’autres raisons, autres que la maîtrise de sa facture électrique, comme la rénovation des câbles du réseau interne devenus vétustes.

Quel est le tarif d’une rénovation électrique ?

Le tarif d’une rénovation électrique est en fonction de la surface de l’espace à rénover, de la nature des travaux nécessaire et de la vétusté de l’espace. En effet, ce sont ces éléments qui déterminent le prix de la rénovation. Vous pouvez, bien évidemment, demander un devis à votre artisan car il existe plusieurs devis différents pour votre maison et parfois, des sociétés spécialisées dans les travaux de rénovation électriques peuvent vous proposer des devis en ligne.

Pour avoir une idée sur la grille tarifaire qui est appliquée, vous pouvez vous rendre sur les plateformes spécialisées. Ces dernières proposent le service de diagnostic de rénovation avant d’entamer les travaux. Ce service est bien utile pour vous donner une idée précise sur les travaux que vous devez envisager, car il y aura une vérification de toutes les anomalies éventuelles. En moyenne, il est estimé à 150 euros.

Le devis d’une rénovation complète est donc en fonction de la surface de votre habitation : pour un appartement de 50 mètres carrés, le tarif de la rénovation complète peut atteindre les 5 000 euros, une maison de 120 mètres carrés, quant à elle, peut atteindre les 13 000 euros. En ce qui concerne la mise aux normes électriques, elle put être entre 50 et 200 euros, selon la surface du bien.

À quoi faut-il faire attention lors d’une rénovation électrique ?

Les risques liés à l’électricité ne doivent pas être négligés, selon l’observatoire National de la Sécurité Électrique, plus de sept millions de logements sont concernés par ces périls. C’est pour cette raison que normes de sécurité existent, ces normes doivent être respectées lors de toute rénovation, afin de sécuriser au maximum l’électricité de son logement.

La norme NF C15-100 est la norme la plus appréciée et celle qui doit être appliquée sur le plus grand nombre de rénovations, puisqu’elle garantit la sécurité de l’installation est son alignement aux besoins des appareils modernes, selon plusieurs spécialistes.

Réaliser cet objectif n’est envisageable que si ces étapes sont respectées. La première étant la vérification du compteur qui doit être muni du dispositif de protection différentielle de sensibilité en adéquation avec les conditions de protection.

La deuxième consiste à contrôler les prises ainsi que la mise à terre, celle-ci doit être impérativement présente, sinon, un risque d’électrocution est vite engendré. En outre, des prises saillantes sans protection ou très anciennes doivent être changées rapidement

Qui peut faire la rénovation électrique ?

Pour vos travaux de rénovation électrique, adressez-vous directement à un électricien confirmé qui pourra assurer le diagnostic et la rénovation, en même temps, de préférence. Parmi les tâches impératives que l’électricien doit faire, vous avez :

  • L’agencement du circuit électrique de l’habitation, en faisant passer les fils entre les boîtes de dérivation ;
  • L’emplacement du tableau électrique ;
  • La mise en place des fils électriques dans l’emplacement prévu pour différents appareillages et les boîtes de dérivation. Les fils doivent, ainsi, être placés de façon fluide et logique.

Pour trouver l’électricien qui vous convient, vous pouvez vous rendre sur les différentes plateformes dédiées à cet effet, sinon, vous pouvez voir avec les groupements d’électriciens de votre région. Quant aux devis, ils sont généralement gratuits.

Pourquoi faire le devis d’électricité d’une maison neuve ?

Le bon fonctionnement du système électrique d’une maison est crucial et notamment si vous emménagez dans un nouveau domicile. Donc, il faudra procéder à des diagnostics complets qui vous permettront de détecter d’éventuels problèmes liés à vos appareils électriques, y compris les prises de courant ou le compteur électrique.

De ce fait, les travaux d’électricité nécessitent, le plus souvent, l’intervention d’un professionnel et pour estimer le coût de ces travaux, l’utilisation d’un devis d’électricité est parfois indispensable. Alors, comment s’en servir exactement ? On vous explique tout !

Qu’est-ce qu’un devis d’électricité et quels sont ses avantages ?

Un devis d’électricité désigne est un procédé d’évaluation estimative qui vous permettra de déterminer le coût des différents travaux d’électricité réalisés par un professionnel (raccordements électriques, remise en conformité du système d’installation électrique, installation domotique, etc.).

Le devis d’électricité est généralement réalisé dans le cadre d’un emménagement dans une maison neuve ou bien d’une rénovation électrique. Les services de devis sont habituellement gratuits et sont proposés par des prestataires d’électricité ou bien des électriciens artisans.

Ainsi, le devis d’électricité est un document qui doit contenir les informations suivantes, en fonction des besoins de chaque client :

  • Le nom et les coordonnées du client et du prestataire d’électricité ;
  • Les types de travaux effectués (installation d’un système de chauffage électrique, pose de compteur électrique, réparation de luminaires, etc.) ;
  • La liste des fournitures électriques disponibles (câbles, tableaux électriques) ;
  • Le prix du matériel utilisé ;
  • Le prix de la main-d’œuvre ;
  • Une liste complète des garanties et des assurances du prestataire.

Le devis d’électricité est strictement personnel et doit être adapté à vos attentes et à vos besoins, afin de bénéficier de la meilleure qualité de service possible.

Il faut savoir que de plus en plus de personnes ont désormais recours à des devis d’électricité et notamment lorsqu’elles s’installent dans une maison neuve. En effet, le devis vous permet de calculer le montant global de vos travaux d’électricité dans le but de prévoir le budget adéquat.

Par ailleurs, faire plusieurs devis d’électricité auprès de nombreux prestataires vous accordera la possibilité de comparer entre plusieurs offres différentes et bénéficier des meilleurs tarifs.

Les devis d’électricité sont également très utiles pour avoir un premier contact avec votre électricien et estimer son niveau de compétence en fonction de la qualité du devis qu’il réalisera pour vous.

Comment trouver un devis électrique pour une maison neuve ?

La plupart des prestataires d’électricité vous proposent des devis en ligne. En effet, tout ce que vous aurez besoin de faire est de remplir un formulaire en ligne afin de cibler les types de travaux d’électricité dont vous avez besoin.

Vous pouvez aussi réaliser des devis en contactant directement un professionnel, cependant, cette opération prend généralement plus de temps qu’un devis en ligne et peut être payante.

Comment réaliser un devis d’électricité pour une maison neuve ?

Le prix de l’installation électrique d’une maison neuve peut coûter assez cher, de ce fait, pour prévoir le budget nécessaire, il faudra avoir recours à un devis électrique.

Ainsi, pour le réaliser, il faudra d’abord établir un diagnostic complet du réseau électrique de votre maison et estimer le prix des fournitures utilisées pour les travaux d’électricité, y compris le prix des tableaux électriques, des prises de courant, des interrupteurs, etc. Il convient aussi de calculer le prix de la main-d’œuvre avec le taux de la TVA applicable sur l’ensemble des travaux réalisés.

Pour obtenir le coût de votre installation électrique d’une manière globale, vous pouvez procéder à un calcul simple qui consiste à multiplier la surface de votre habitation par le prix moyen m². Par exemple, il faudra prévoir un budget d’environ 8 000 euros pour une maison dont la surface est de 100 m².

Quels sont les devis d’électricité pour une maison ?

Il est important de bien faire l’installation électrique dans son foyer, il s’agit d’une opération complexe et une des plus importantes dans la construction d’une maison. Il faut également que cette installation réponde parfaitement aux normes de sécurité françaises et elle doit durer dans le temps. Découvrez donc les devis d’électricité d’une maison.

Comment estimer le devis d’électricité d’une maison ?

Il existe plusieurs possibilités de travaux d’électricité dans une habitation, un appartement ou une maison. Ainsi, le coût de ce type d’installation va varier en fonction de :

  • La nature des travaux ;
  • La complexité ;
  • Les besoins et les demandes de l’habitant ;
  • La superficie de l’habitat ;
  • Le tarif pratiqué par le prestataire.

Pour la rénovation électrique d’une ancienne maison, elle peut être partielle ou complète. Celle-ci concerne tous les travaux électriques de la rénovation, c’est-à-dire, le déplacement des appareillages, la rénovation partielle pour la remise aux normes, l’ajout ou le remplacement de nouveaux appareillages. Cela peut aussi être le remplacement d’un système de chauffage électrique, le déplacement du compteur électrique, la mise à la terre dans une maison ou la modification du tableau modulaire. Il y a encore plein de travaux possibles dans la rénovation électrique.

Pour la construction d’une maison neuve, l’installation électrique doit regrouper le schéma électrique, la pose des appareillages et des câbles électriques, le calcul de la puissance, la pose du tableau électrique et des dispositifs de protection, la création de l’ETEL, la pose du compteur électrique et de mise en service, la pose des équipements domotique, le raccordement à la terre, etc.

Sinon, les travaux d’électricité d’une maison peuvent être pour un dépannage après un court-circuit ou une panne de courant. Le technicien va diagnostiquer le problème, puis le résoudre. Le professionnel va, ainsi, remettre en sécurité et en marche votre électricité. Il est donc important de définir votre type de travaux afin de pouvoir en estimer le prix et de faire des devis.

Quel est le tarif d’une installation électrique neuve d’une maison ?

Le prix des travaux d’installation électrique d’une maison neuve va dépendre, tout d’abord, de sa superficie, mais ce tarif peut varier en fonction de la région. Ensuite, vous devrez définir votre type de pose des appareillages pour avoir une idée sur le prix. Par exemple, la pose en saillie est moins chère que l’encastrement. À la fin, vous devrez savoir ce que vous souhaitez utiliser comme équipement dans votre logement. En effet, la complexité technologique et la qualité des accessoires vont influer aussi sur le prix global.

Sinon, le devis d’une installation électrique complète d’une maison de 100 m² vous coûte entre 8 000 et 11 000 euros, sans chauffage, et 9 000 à 12 650 euros, avec installation du chauffage.

Comment choisir un bon électricien pour les travaux de sa maison ?

Il est important de faire appel à un bon électricien pour les travaux électriques, qu’ils soient grands ou minimes, car le risque lié à ce type de travaux est grand. Les électriciens y sont formés et connaissent parfaitement les risques et savent les maîtriser. Ces derniers utilisent des outils adaptés et des techniques étudiées. Ils connaissent également toutes les normes et les techniques pour faire un travail parfait.

Il est recommandé de chercher dans les entreprises reconnues afin d’être certain du sérieux des prestataires. Sinon, vous pourrez choisir un artisan qui travaille à son compte. Il y a un grand choix sur Internet, faites un tour dans les avis des clients ou les blogs dédiés à ce sujet, vous pourrez y trouver d’excellentes recommandations.

Il est, par ailleurs, conseillé de demander plusieurs devis avant de faire votre choix. L’objectif est de trouver un bon artisan, au meilleur prix. De plus, optez pour un professionnel qui a souscrit une garantie décennale pour qu’il puisse couvrir tous les travaux qu’il réalisera chez vous.

Quel est le fonctionnement du compteur électrique ?

Le compteur électrique est présent dans toutes les habitations alimentées en électricité, c’est un des éléments les plus importants d’une installation électrique. Il existe différents modèles de compteurs électriques. Dans cet article, on vous dit tout sur le rôle du compteur et ses différents modèles.

Quel est le rôle du compteur d’électricité ?

Le compteur d’électricité sert à mesurer la quantité d’énergie électrique que consomme l’utilisateur. L’unité légale est le Joule, mais cette énergie est donnée en kWh. Ce processus permet alors au fournisseur d’électricité d’effectuer une facture qui détaille la consommation des utilisateurs.

Quant au prix, celui-ci va dépendre de la consommation du client. D’ailleurs, la tarification suit un code couleur. Il y a le bleu pour les consommateurs résidentiels et le jaune et le vert pour les professionnels ou les industriels.

Avant, les modèles de compteurs étaient électromécaniques, mais ces deniers ont été remplacés par des versions électroniques que tout le monde a dans sa maison. Puis, en fonction du modèle que vous avez, le compteur va indiquer la consommation électrique par un affichage numérique ou mécanique. Il est même possible, aujourd’hui, d’avoir des compteurs qui affichent plusieurs autres options, comme la tension électrique et les tarifs.

Pour l’installation du compteur électrique, sa pose se fait après l’arrivée d’ERDF qui va raccorder le réseau. Suite à cela, vous ferez appel à des techniciens pour brancher le compteur électrique au réseau. Ce dernier est situé soit à l’intérieur de votre logement ou à l’extérieur. Dans certains cas, il est installé dans l’immeuble.

Par ailleurs, il est important de protéger votre compteur des pluies et de l’humidité, qu’il soit à l’intérieur ou à l’extérieur de votre foyer.

Quels sont les modèles de compteurs d’électricité ?

On distingue trois types de compteurs d’électricité en France, à savoir :

  • Le compteur électromagnétique ;
  • Le compteur électronique ;
  • Le compteur Linky.

Le compteur électromagnétique est le modèle le plus ancien, mais il est toujours répandu en France. Il fonctionne avec un disque qui tourne au rythme du courant qui circule dans le logement. Lorsque le disque tourne vite, cela veut dire que le logement consomme beaucoup d’énergie. Chaque tour de disque métallique du compteur indique une quantité consommée en kWh. Cependant, cette technique ne vous permet pas de connaître votre consommation d’électricité de manière précise.

Après le compteur électromagnétique, c’est le compteur électronique qui a fait son apparition dans les années 90. Il dispose d’un écran digital qui vous indique votre consommation d’électricité, de façon précise et en temps réel. Ce modèle a une touche D qui permet de relever l’index du compteur et une touche S qui permet d’accéder à des informations, telles que l’option tarifaire, la puissance du compteur et le numéro de série du compteur.

Quant au compteur Linky, il s’agit de la dernière génération des compteurs électriques. Il permet de transmettre les données de consommation à Enedis de façon quotidienne et lorsqu’il détecte une panne, il la transmet directement, cela permet de résoudre certains soucis, simplement et à distance. Il vous permet aussi de mieux contrôler votre consommation et ainsi, réduire votre facture énergétique.

Où se trouve le compteur d’électricité ?

Le compteur électrique peut être installé à l’extérieur du logement, généralement, dans les parties communes, ou à l’intérieur, dans l’entrée du logement, au garage ou à la cave. Sinon, certains immeubles regroupent tous les compteurs électriques dans un seul endroit.

Pour identifier votre compteur, il vous suffit de voir le numéro de ce dernier dans la facture si vous avez déjà un contrat d’électricité. Si vous possédez un compteur Linky, le numéro correspond aux 3 premiers chiffres des 5 derniers, mais si vous avez un compteur électromagnétique, le numéro correspond aux derniers chiffres de la série.

Dans le cas où vous ne possédez pas encore de contrat d’énergie, vous pourrez contacter Enedis afin de vous renseigner sur ce numéro.

Quelle aide financière considérer pour refaire l’électricité ?

Des aides financières se sont développées pour accompagner les particuliers dans la réalisation de travaux de rénovation de leur maison en cette ère de réchauffement climatique où se pose la problématique de la rénovation énergétique.

Ces aides peuvent être accordées dans des circonstances particulières, pour des modifications effectuées simplement sur le système électrique d’un appartement ou d’une propriété individuelle. En conséquence, les résidents d’une maison ont plusieurs raisons de s’inquiéter pour leur système électrique.

L’aide financière disponible pour refaire son électricité !

Pour des raisons de fonctionnalité ou de sécurité, il peut être nécessaire de reconstruire l’installation électrique existante et le coût d’une remise en état complète du réseau électrique a un prix fixe. Les rénovations électriques, par exemple, coûteraient un montant proportionnel à la surface de l’espace de vie.

Diverses aides financières sont disponibles pour vous aider dans votre projet de rénovation. Certains cas sont les suivants :

  • L’aide financière de l’agence ANAH ;
  • Le chèque énergie ;
  • Le crédit d’impôt pour le transfert de l’énergie.

Le chèque énergie est donné, chaque année, à des milliers de foyers dans l’hexagone. Il représente un programme d’aide dédié au paiement des factures d’énergie d’un logement ainsi qu’aux travaux de rénovation électrique.

Le montant du chèque énergie est déterminé par les revenus et la structure du foyer. En effet, le chèque énergie est calculé à partir de la déclaration de revenus de l’année précédente, et plus les revenus sont faibles, plus la valeur du chèque est importante.

La valeur du chèque énergie en 2022 ira jusqu’à 270 euros par an. Si vous remplissez les conditions requises pour le chèque énergie, celui-ci vous sera envoyé en avril de chaque nouvelle année et vous n’aurez aucune démarche à effectuer.

L’aide financière de l’ANAH pour refaire l’électricité

L’agence d’aide de logement ANAH peut être en mesure d’aider les habitants à prendre en charge les frais de dépannage électrique. Pour bénéficier de l’aide de l’ANAH, il faut respecter les conditions suivantes :

  • Respecter les plafonds de ressources ;
  • Possession d’un logement sans prêt à taux zéro ;
  • Possession d’une habitation qui a plus de 15 ans.

La prime ANAH peut être majorée en fonction des qualités de l’hébergement. On peut gagner un bonus, par exemple, si la propriété a une étiquette énergétique F avant que la réparation électrique ne soit terminée.

Pour solliciter cette aide financière, vous devez déposer une demande de subvention auprès de la délégation de l’ANAH du département où vous effectuez vos travaux de rénovation de logement et vous pouvez bénéficier d’une aide pouvant aller jusqu’à près de 14 000 €.

Par ailleurs, le programme national « Habiter Mieux » de l’ANAH vous permet d‘obtenir une aide et un accompagnement pour des travaux de rénovation énergétique réduisant les déperditions énergétiques de votre logement, sous réserve de certaines restrictions.

L’aide financière du crédit d’impôt transition énergétique pour refaire l’électricité

Le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) est un crédit qui vous permet de déduire de vos impôts une partie de vos dépenses de rénovation énergétique. Pour être éligible au CITE, vous devez présenter une seule facture et travailler à votre adresse principale.

Par ailleurs, le crédit d’impôt transition énergétique est plafonné à 16 000 euros par couple et 8 000 euros pour les célibataires. Lors du remplissage de la déclaration de revenus en ligne, les gens doivent indiquer le montant payé pour déclarer le CITE, qui correspond à 30 % du coût de l’équipement plus les taxes.

Il faut savoir qu’il existe divers outils de simulation en ligne qui peuvent vous aider à vérifier si vous êtes éligible ou non à ce service particulier.